•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec injecte 753 millions pour relancer le tourisme

Deux chaises vides sur une plateforme flottante sur un lac au coucher du soleil.

Le gouvernement du Québec veut offrir des forfaits et des rabais pour inciter les Québécois à prendre leurs vacances dans la province.

Photo : iStock

Le gouvernement du Québec offre un coup de pouce de l'ordre de 753 millions de dollars à l'industrie touristique pour aider à sa relance. De cette somme, environ 250 millions sont destinés au secteur de l'hôtellerie. Le gouvernement proposera par ailleurs une série de rabais et autres forfaits afin d'inciter les Québécois à prendre leurs vacances dans la province cet été.

Selon les informations dévoilées en point de presse par la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, le plan d'aide de Québec, qui se déclinera en trois volets, vise à relancer une industrie moribonde en raison des restrictions sévères mises en place depuis l'éclosion de la pandémie.

L'un de ces volets consistera en un montant de 446 millions de dollars qui seront offerts sous forme de prêts avec conditions adaptées à l'industrie touristique, a fait savoir la ministre.

Ces prêts donneront aux entrepreneurs l'air dont ils ont besoin pour une reprise vigoureuse.

Selon le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, qui était lui aussi présent au point de presse en compagnie de son collègue aux Finances, Eric Girard, les sommes prêtées représenteront notamment un fonds de roulement d'urgence pour les entreprises.

Ces dernières jouiront ainsi d'un prolongement de la période offerte sans obligation de remboursement, qui passe à 24 mois.

Les entreprises pourront aussi obtenir un « pardon » équivalent à 25 % des sommes empruntées dans le cadre du programme, pour un maximum de 100 000 $ par établissement touristique, a ajouté M. Fitzgibbon.

Les mesures annoncées vont permettre aux entreprises touristiques de surmonter cette période difficile, a déclaré le ministre.

L'objectif, ont indiqué MM. Fitzgibbon et Girard, est de permettre aux entreprises du secteur non seulement de survivre à l'été, période où le gouvernement estime que la demande des vacanciers québécois viendra en partie compenser l'absence des touristes de l'extérieur du Québec, mais aussi d'avoir les reins assez solides pour traverser l'automne, où l'activité devrait ralentir.

Le tourisme représente 2,5 % du PIB québécois, a rappelé M. Fitzgibbon.

Québec prévoit aussi un montant de 200 millions pour favoriser la rénovation des hôtels en vue du tourisme d'affaires, un aspect particulièrement populaire de l'industrie touristique, a ajouté le ministre de l'Économie.

Forfaits et rabais

Outre les prêts aux entreprises, le gouvernement souhaite offrir une série de forfaits et de rabais pour des activités touristiques, afin d'inciter les Québécois à prendre leurs vacances au Québec.

L'État offrira ainsi un rabais de 25 % sur les forfaits vacances sélectionnés dans le cadre du programme Explore Québec, initialement mis sur pied pour réduire le prix des billets d'avion, mais qui sera transformé afin d'inclure les déplacements routiers.

Les vacanciers auront aussi droit à des rabais à l'achat d'un passeport donnant accès à deux, trois ou quatre attractions touristiques; le rabais sera alors de 20, 30 ou 40 %, en fonction du nombre d'attractions sélectionnées, a précisé la ministre Proulx.

Enfin, le ministère du Tourisme a conclu un partenariat avec la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) pour offrir un rabais de 50 % sur la carte d'accès annuelle au réseau de la Société. Chaque carte achetée donnera également droit à une nuitée gratuite sur un site de camping.

Les Québécois ne pourront pas remplacer tous les touristes extérieurs qui viennent chez nous. Mais nous pensons qu'avec nos programmes, les Québécois découvriront peut-être, pour la toute première fois, une région du Québec. Le Québec n'est pas un prix de consolation.

Une citation de :Caroline Proulx, ministre du Tourisme

D'abord forcée de cesser la quasi-totalité de ses activités en raison de la pandémie, l'industrie touristique a eu droit à quelques assouplissements ces derniers jours.

Le déconfinement « s'est bien passé »

Toujours au cours de son point de presse, la ministre Proulx s'est dite satisfaite du comportement des Québécois, soit tous ceux qui respectent scrupuleusement les consignes pour une expérience sécuritaire et agréable pour tous, depuis la première partie de la relance du secteur.

L'industrie touristique a en effet eu droit à une première phase de déconfinement, avec la réouverture, le 1er juin, des pourvoiries, des sites de camping et des marinas.

Mercredi, la ministre Proulx indiquait que la location de chalet n'était plus limitée aux habitants d'un même ménage, mais que le gouvernement suggérait de limiter le nombre de résidents à 10, provenant d'un maximum de 3 ménages différents. Elle a aussi souligné l'importance de chercher à respecter la distanciation sociale de deux mètres entre les membres de ménages différents.

Et dès le 19 juin, les zoos, jardins, installations d'artisans-transformateurs, lieux agrotouristiques et centres d'accueil touristiques seront de nouveau accessibles, a annoncé la ministre.

Le directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda, a toutefois dû répondre à une question portant sur un possible paradoxe entre le fait de permettre aux Québécois de voyager partout sur le territoire, mais de devoir, en même temps, limiter leurs déplacements essentiels, comme le suggèrent les autorités sanitaires.

À cela, M. Arruda a répondu que les vacanciers devraient tout de même faire preuve de prudence et éviter, par exemple, de faire leurs courses partout au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !