•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Engouement des citadins pour les résidences en région : anecdote ou tendance?

Une affiche d'agent immobilier qui indique la vente d'une maison à Québec.

Selon plusieurs courtiers immobiliers, les Montréalais sont plus nombreux à s'intéresser aux maisons du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie (archives).

Photo : Radio-Canada

Certains courtiers immobiliers remarquent une hausse significative de l’intérêt des résidents de Montréal et de ses banlieues pour les maisons situées dans l'Est-du-Québec.

Il est cependant difficile pour l'instant de chiffrer cet engouement, qui est encore tout récent, selon les courtiers.

Cet intérêt a commencé dès l’ouverture des barrages routiers mis en place pour éviter la propagation de la pandémie, explique la courtière en immobilier Nathalie Truchon, de Matane. J'étais très étonnée et je me disais que les gens allaient juste venir voir. Mais non, ils passent à l’action. Ils font des offres, on attache les transactions, donc c’est concret, dit-elle.

La journée même où les barrières se sont levées, ç'a commencé à arriver. C’est particulier parce qu’en 15 ans, moi, je n’ai jamais vu ça.

Une citation de :Nathalie Truchon, courtière immobilière à Matane
Une affiche devant une résidence indique qu'elle vient d'être vendue.

De nombreux Montréalais se montrent intéressés par l'achat de maisons au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

De son côté, le courtier Michel Michaud de Rimouski raconte qu'il a vendu davantage de maisons cette année comparativement à la même période l’an dernier. Pourtant, les restrictions imposées à cause de la pandémie auraient pu causer l'effet inverse, selon lui.

Ça s’est vraiment accentué, je dirais, depuis que la COVID est arrivée. On a vraiment un engouement très important pour les chalets, les terrains, toutes ces choses-là qui sont situées près des lacs, de la mer, dit-il.

Ville de Rimouski.

Malgré la pandémie, il s'est vendu plus de maisons à Rimouski dans les premiers mois de 2020 que l'année précédente.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

On a peut-être 50 % plus de demandes d’information par courriel, d’appels, souligne pour sa part la courtière Louise Brash, qui travaille dans la Baie-des-Chaleurs. Un exemple : ce matin j’étais en rendez-vous avec des clients, je suis sortie. Quand je suis arrivée dans mon auto, j’avais 10 appels manqués. Sur les 10, j’en avais 7 qui étaient des gens du secteur [des indicatifs régionaux] 514 et 450.

Cet intérêt des résidents du 450 et du 514 pour la région a été signalé à l'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec.

Selon le directeur de l'analyse du marché Charles Brant, il n'y a pas que le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie qui vivent un engouement. Il y aurait aussi des endroits comme Granby, Saint-Hyacinthe ou encore Saint-Jean-sur-Richelieu.

Une affiche derrière une maison indique qu'elle est à vendre.

Maison à vendre à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Pour l'économiste, il est trop tôt pour dire s'il s'agit d'une anecdote ou d'une tendance. Il surveille cependant la situation de près.

Dans un contexte, c’est sûr que le contexte de la COVID est associé à ce phénomène-là, dans le sens où les gens ont éventuellement vécu de mauvaises expériences peut-être à leur copropriété ou dans les villes et préfèrent privilégier la qualité de vie.[...] Et c’est d’autant plus possible maintenant que le télétravail est de plus en plus accepté.

On va suivre ça de près, parce que c’est quand même un phénomène qui est très intéressant.

Une citation de :Charles Brant, directeur de l'analyse du marché à l'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

Selon les données recueillies par l'Association, comparativement à 2019, il y a eu davantage de maisons vendues pendant les cinq premiers mois de l’année 2020 dans plusieurs MRC. Cependant, le total des ventes ne confirme pas une augmentation de ce côté.

Tableau des ventes immobilières par MRC en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

Tableau des ventes immobilières par MRC en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada

Tableau des ventes immobilières par MRC au Bas-Saint-Laurent

Tableau des ventes immobilières par MRC au Bas-Saint-Laurent

Photo : Radio-Canada

Pour Patrick Labecque et Isabelle Imbeau, qui viennent d'emménager à Matane, le choix a été facile. M. Labrecque dit avoir fui la densité de population et la circulation.

Le couple discute derrière leur nouvelle maison.

Ce couple des Laurentides a devancé un projet de retraite en s'installant à Matane il y a quelques jours.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Notre quotidien est complètement chamboulé. Ça, on avait envie de le vivre, dit-il, tandis que sa conjointe rêvait de ce projet de retraite en région. Finalement, une chose en amène une autre. On s'est retrouvés ici plus vite que prévu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !