•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Val-d’Or se rassemble et échange sur le racisme

Une quinzaine de personnes ont posé un genou au sol et observent une minute de silence, les yeux au sol.

Les participants se sont agenouillés, en hommage à George Floyd, décédé il y a deux semaines à Minneapolis.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Près de 100 personnes ont participé mercredi soir à un rassemblement pacifiste à Val-d’Or pour dénoncer le racisme systémique.

L’événement était organisé par des citoyens désireux de participer au mouvement Black Lives Matter, dans la foulée de la mort de George Floyd à Minneapolis, le 25 mai dernier.

Nous voulions une soirée rassembleuse, offrir un espace public aux gens des minorités visibles, mais aussi à toute la population de pouvoir s’exprimer sur les événements, dialoguer et poursuivre les réalisations qui ont été faites par le passé à Val-d’Or, souligne Mélise Harnois-Gelin, l’une des organisatrices.

Des citoyens sont réunis pacifiquement, dont une femme tenant une affiche où il est écrit : citoyenne du monde.

Des citoyens de Val-d'Or se sont réunis au Marché public de la Vallée-de-l'Or pour dénoncer le racisme.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

La réalité des Autochtones a évidemment été au coeur des témoignages, mais aussi celle des Noirs, qui vivent eux aussi de la discrimination dans leur quotidien à Val-d’Or, comme l’explique Tano Hubert Konan, président des l’Association des Ivoiriens de l’Abitibi-Témiscamingue.

Des compatriotes qui travaillent dans le milieu de la santé me rapportent que des gens refusent que des Noirs leur donnent des soins, cite-t-il en exemple. Au lieu de faire comprendre raison au patient, on prend un Blanc pour remplacer la personne qui donne les soins. On ne doit pas encourager ce genre d’attitude si l’on veut résoudre le problème.

Un autre participant, Louis Bonheur, a tenu à souligner les nombreuses initiatives mises en place à Val-d’Or au cours des dernières années pour l’intégration des nouveaux arrivants.

La Ville est très proactive, se réjouit-il. Oui il y a du racisme, mais il ne faut pas s’enfermer dans toutes sortes de considérations. Honnêtement, je ne pense pas que ça soit systématique. Les gens qui ne sont pas encore ouverts à la différence le sont peut-être par protectionnisme ou ignorance. C’est dur à expliquer.

Une femme parle au micro lors d'un rassemblement contre le racisme au Marché public de Val-d'Or.

Plusieurs personnes ont pris la parole à tour de rôle.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Jamais enrayé

Melise Harnois-Gelin se réjouit des actions telles que la mise en place du Poste de police communautaire mixte autochtone ou la création de comités et organismes qui soutiennent les personnes immigrantes. Elle ne croit cependant pas qu’il est temps de crier victoire.

On ne doit pas se fermer les yeux et les oreilles, lance-t-elle. On ne pourra jamais dire que c’est enrayé. Les mesures mises en place favorisent la solidarité, l’échange et la communication. Val-d’Or est une communauté bien tissée et qui continue d’aller vers l’avant.

Présent sur place à titre personnel, le maire Pierre Corbeil a lui aussi pris la parole. Les préjugés, la discrimination et le racisme, c’est le trio de l’ignorance. Personne ne doit rester sourd face à la violence et à des gestes gratuits ou barbares. C’est tous ensemble qu’on va créer une communauté où il n’y a que des amis, sans qualificatif ou distinction. On doit faire l’effort de ne jamais accepter l’inacceptable, a-t-il exprimé.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Abitibi

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Abitibi.