•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Twitter aimerait que vous lisiez les articles avant de les retweeter

Plusieurs logos de Twitter et signes typographiques de croisillon désignant le fameux mot-clic.

Twitter souhaite contribuer à la dépolarisation des débats en ligne.

Photo : afp via getty images / AFP

Radio-Canada

Le réseau social teste présentement une fonctionnalité, sur certains téléphones Android aux États-Unis, qui envoie une alerte à l'internaute qui souhaite retweeter un article sans l’avoir ouvert au préalable.

Afin d’encourager les discussions informées, nous testons une nouvelle alerte sur Android, a indiqué mercredi l'entreprise, dans un effort pour dépolariser les débats en ligne.

Une pratique répandue, et souvent décriée sur les réseaux sociaux, consiste à relayer des articles sans les avoir lus ou après en avoir simplement lu le titre.

En 2016, une étude de l'Université de Colombia et de l'Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (INRIA) établissait que 59 % de tous les articles partagés sur les réseaux sociaux n'avaient pas été ouverts au préalable, selon ce que rapporte le site CNet.

À une époque où la désinformation et les réactions épidermiques viennent parfois embrouiller le discours rationnel sur Internet, Twitter espère que sa nouvelle fonctionnalité viendra mettre de l’eau dans le vin des internautes qui s’affrontent sur un sujet donné. Après avoir reçu l'alerte, les utilisatrices et utilisateurs pourront toujours partager l'article s'ils le souhaitent.

Un rôle de plus en plus actif dans le débat public

Dans les derniers mois, le réseau social a entrepris de procéder à une vérification des faits plus agressive sur sa plateforme, par exemple en ajoutant des avertissements sur les tweets trompeurs à propos du coronavirus.

Plus récemment, Twitter s’en est pris directement au président américain Donald Trump, d’abord en identifiant comme trompeurs certains de ses tweets en lien avec le vote par correspondance.

Le réseau a ensuite masqué un message du président américain pour violation des règles du réseau sur l'apologie de la violence, à la suite d'un tweet incendiaire publié dans le contexte des tensions raciales qui ébranlent les États-Unis depuis la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc à Minneapolis le 25 mai dernier.

Reste à savoir si Twitter intégrera la nouvelle fonctionnalité à tous les appareils sur le long terme.

Avec les informations de Business Insider, The Verge, TechCrunch, et CNet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !