•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme interne au Musée canadien pour les droits de la personne?

Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) à Winnipeg.

Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) à Winnipeg, est le seul des musées nationaux du Canada situé à l'extérieur de la capitale nationale.

Photo : MCDP

Depuis mardi soir, d’anciens employés du Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP), situé à Winnipeg, prennent la parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer le racisme dont ils auraient été victimes lorsqu’ils travaillaient dans l’établissement fédéral.

Utilisant le mot-clic #cmhrstoplying, les anciens employés, qui sont Noirs, Autochtones ou des personnes de couleur, racontent les diverses situations qu’ils ont vécues aussi bien avec les gestionnaires du MCDP qu’avec les visiteurs.

Dans un message public sur Facebook, Armando Perla, qui a travaillé pendant près de neuf ans au Musée, selon son profil LinkedIn, affirme qu'il a signalé avoir fait face à des attitudes racistes et homophobes. Les gestionnaires ont été méchants et me donnaient l'impression que je n’avais aucune valeur tout le temps que j’ai travaillé là-bas.

Sur Instagram, Shania Pruden affirme qu’on lui a interdit de porter un porte-clés en perles qu’elle avait reçu en cadeau d'un aîné quand elle travaillait au Musée.

Toujours sur les réseaux sociaux, Julie White, pour sa part, explique s'être étonnée que l'établissement ne fasse pas appel à des aînés autochtones et avait souvent recours à des non-Autochtones pour diriger sa version de l'exercice de couverture Kairos, dont le but est la sensibilisation aux effets de la colonisation au fil du temps selon une perspective autochtone.

Je n'oublierai jamais le regard s'affichant sur les beaux visages d'enfants autochtones quand un homme blanc a dit à haute voix : “Imaginez si cela arrivait à votre peuple”, alors que cela leur est bel et bien arrivé, écrit-elle .

Elle-même Autochtone a fini par être tellement agacée par ces exercices menés de façon inappropriée qu’elle a décidé de ne plus les faire.

Toutes ces allégations font surface alors que la mort de George Floyd, aux États-Unis, est toujours présente dans l’esprit des gens et qu’elle a suscité de nombreux échanges autour du racisme dont sont victimes les Noirs au Manitoba.

Le PDG du Musée veut écouter

En réponse aux messages sur Internet, le président-directeur général du musée, John Young, a publié une déclaration mardi soir indiquant que l’administration du MCDP avait l'intention de contacter le personnel et les bénévoles qui se définissent comme Noirs, Autochtones ou personnes de couleur pour écouter ce qu'ils ont vécu et ce qui les préoccupe.

Je considère que je contribue à favoriser un climat d'antiracisme au Musée à travers tout notre travail, déclare John Young dans le communiqué.

Je reconnais qu'il ne suffit pas que le Musée fasse des déclarations contre le racisme. Nous devons définir les lacunes et les angles morts, à la fois en nous-mêmes et au sein du Musée, et prendre des mesures concrètes pour nous améliorer. Ce travail ne se fera pas du jour au lendemain et il ne sera jamais terminé. C'est une pratique que nous devons adopter dans tous les aspects de notre travail.

Une surprise

Dans une entrevue, mercredi, John Young a ajouté qu’il prenait très au sérieux les problèmes qui ont été soulevés.

Ce sont des déclarations difficiles, qui nous obligent à apprendre comment nous pouvons mieux relever les défis auxquels nous faisons face. Nous espérons le faire ensemble, a-t-il déclaré.

Le PDG du Musée a cependant reconnu être un peu surpris par l’ampleur des dénonciations.

Je pense que le niveau de préoccupations est une surprise pour de nombreuses personnes du Musée. Il est clair qu'il y a des défauts dans notre établissement et que nous devons trouver des moyens efficaces de les résoudre. Cela va prendre du temps et un engagement durable, ajoute-t-il cependant.

Réponse insuffisante

Thiané Diop, qui a travaillé pendant quatre ans au MCDP et a lancé le mot-clic #cmhrstoplying, a déclaré dans un message sur Facebook que la réponse du PDG tombe à plat et que ces problèmes ne devraient pas être nouveaux pour lui.

Des employés noirs ont fait remonter ces problèmes à tous les niveaux des gestionnaires depuis l’ouverture du Musée, écrit-elle à l'intention des membres de la direction.

Vous avez eu amplement l’occasion de faire mieux, mais votre équipe de gestionnaires et vous avez choisi maintes et maintes fois de forcer au silence les employés noirs et de les pousser à quitter leurs emplois.

Thiané Diop et d'autres anciens employés n’ont cependant pas réagi aux propos de John Young et ont indiqué qu'ils ne s'exprimeraient pas davantage pour le moment.

Les musées nationaux doivent faire preuve des plus hauts standards

Le ministre du Patrimoine canadien, dont dépend le Musée canadien pour les droits de la personne, a indiqué être au courant des allégations.

Nous sommes actuellement en contact avec les parties concernées et veillerons à ce que la situation soit traitée, écrit ce dernier, Steven Guilbeault, dans une déclaration transmise par courriel.

Notre gouvernement attend de nos musées nationaux qu'ils fassent preuve des plus hauts standards en matière d'inclusion, de conscience sociale et de respect, poursuit-il. Je tiens à être clair : l'intégrité physique et mentale des membres du personnel doit être une priorité.

Besoin de politiques internes

L'avocat David Matas, spécialiste des droits de la personne, estime que le racisme peut se produire n’importe où, dans n’importe quel établissement, mais qu’il est important de toujours avoir des politiques et des systèmes en place pour résoudre ces problèmes.

C’est encore plus important pour un musée des droits de la personne d’avoir une politique contre le racisme. C’est dans son mandat [de lutter contre le racisme NDLR], il ne faut pas le laisser de côté, dit-il.

Ce genre de problème peut aussi nuire à l’image d’un musée consacré aux droits humains. Si ces allégations sont fondées et que le Musée ne fait pas assez pour combattre le racisme en son sein, ça mine sa crédibilité.

Avec des informations de Sarah Petz, CBC, et Laïssa Pamou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Droits et libertés