•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plan d’action bonifié de la Fonderie Horne : accueil mitigé du Comité ARET

Une partie des installations de la Fonderie Horne, dont une cheminée.

La Fonderie Horne, située dans le quartier Notre-Dame à Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Le Comité Arrêt des rejets et émissions toxiques de Rouyn-Noranda (ARET) accueille positivement l’éventuel dépôt d’un plan d’action bonifié de la Fonderie Horne dans le but de réduire ses émissions d’arsenic. Le Comité rappelle toutefois qu’à leurs yeux, la première version du plan était incomplète.

La Fonderie Horne a confirmé qu’elle allait déposer un nouveau plan d’action d’ici le 10 juillet. Il s’agira d’une version modifiée du plan initialement déposé le 15 décembre.

La co-porte-parole du Comité ARET, Mireille Vincelette rappelle toutefois que les membres du comité considéraient que les objectifs manquaient de précision lors de la première mouture du plan d’action.

C’est sûr que nous sommes contents parce que nous avions été déçus du premier plan, mais on espère que le nouveau plan sera préparé avec beaucoup plus de sérieux ou d’ambition que le premier plan déposé en décembre, laisse-t-elle savoir.

Une femme est debout à l'extérieur. Derrière elle se trouvent l'hôpital, le lac Osisko et les deux cheminées de la Fonderie Horne.

Mireille Vincelette est co-porte-parole et membre du Comité Comité Arrêt des Rejets et Émissions Toxiques (ARET).

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Au milieu des années 2000, la firme d’ingénierie Hatch avait produit un rapport pour la Fonderie et constatait que les émissions d'arsenic provenaient en majorité du secteur des anodes et des convertisseurs. Mireille Vincelette s’est donc dite surprise que la Fonderie semble vouloir réajuster le tir et concentrer son futur plan d’action sur ce secteur-ci de l'usine aussi tardivement.

Encore loin de l’objectif

Si La Fonderie Horne décide de réaménager son plan d’action, c’est en grande partie parce que les résultats enregistrés à la station d’enregistrement des émissions atmosphériques a produit des résultats meilleurs qu’escomptés depuis le début de l’année 2020.

La moyenne enregistrée est de l'ordre de 48 nanogrammes par mètre cube (ng/m3), alors qu'elle se situait à 215 ng/m3 pour la même période en 2019, indique les données de la station.

On est content qu’il y ait eu une réduction, mais par contre, on ne se réjouit pas que l’an passé, en 2019, nous ayons été exposés à 215 ng/m3 alors que la moyenne annuelle de 2018 était 98 ng/m3, rétorque Mireille Vincelette.

Mireille Vincelette ajoute également que bien que 48 ng/m3 soit une diminution significative, on est encore loin de notre objectif de l’atteinte de la norme de 3 ng/m3.

Le ministère de l’Environnement de la Lutte contre les changements climatiques n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Pour consulter le dossier sur la surexposition à l'arsenic à Rouyn-Noranda, cliquez ici.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique