•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un référendum à Témiscouata-sur-le-Lac?

Aréna Jacques-Dubé.

Témiscouata-sur-le-Lac souhaite démolir l'aréna Jacques-Dubé du quartier Notre-Dame-du-Lac pour le remplacer par un centre communautaire récréatif (archives).

Photo : Radio-Canada

Des citoyens de Témiscouata-sur-le-Lac réclament la tenue d'un référendum au sujet du projet d'aréna et de centre communautaire récréatif piloté par leur municipalité.

Depuis l'effondrement du Centre sportif Phil-Latulippe en avril 2017, les citoyens de Témiscouata-sur-le-Lac ont des avis partagés sur l'avenir de leurs infrastructures sportives. Le projet envisagé aujourd'hui, souvent surnommé « un projet sur deux adresses », pourrait faire l'objet d'un référendum.

Jusqu'au 18 juin, les Témilacois qui le désirent pourront réclamer la tenue d'un référendum sur le projet, qui combine la construction d'un nouvel aréna à Cabano et celle d'un centre communautaire récréatif à Notre-Dame-du-Lac, sur le site de l'aréna Jacques-Dubé.

Pour déclencher le processus référendaire, il faut 417 signatures, précise le maire, Gaétan Ouellet.

Si ça arrivait, on aura à analyser la suite : est-ce qu'on revoit le projet, par exemple? Ce qui est certain, c'est que si un référendum était demandé, on serait dans l'obligation de reporter le début des travaux au printemps 2021, explique-t-il.

Une saga qui dure

Depuis trois ans, les citoyens de Témiscouata-sur-le-Lac sont divisés concernant l'avenir de leurs infrastructures sportives et communautaires.

Un mois après l'effondrement du Centre sportif Phil-Latulippe, Témiscouata-sur-le-Lac avait reçu une aide financière de Québec pour la rénovation de l'aréna Jacques-Dubé, dans le quartier Notre-Dame-du-Lac.

Toutefois, de nombreux citoyens du quartier Cabano réclamaient eux aussi un aréna. La Ville a donc revu son projet. Elle a proposé, avec la permission de Québec, de transférer les subventions consenties à la rénovation de l'aréna Jacques-Dubé vers la reconstruction d'un centre sportif à Cabano.

L'aréna Jacques-Dubé du quartier Notre-Dame-du-Lac serait pour sa part démoli pour être remplacé par un centre communautaire récréatif. L'initiative a toutefois été accueillie plutôt froidement par les citoyens de ce quartier.

Malgré la grogne, Témiscouata-sur-le-Lac a tout de même décidé d'aller de l'avant avec son « projet sur deux adresses ». Pour ce faire, elle a entériné un règlement d'emprunt de 21,5 millions de dollars.

Le maire Ouellet précise cependant que ce montant, qui peut en impressionner plusieurs par son ampleur, représente en moyenne une facture de 39 $ par résidence sur les impôts fonciers.

Nous avons reçu 10 millions du provincial et du fédéral. À cela s'est ajouté un montant de 1,5 million de dollars pour un musée en lien avec le ministère des Transports. Nous avons aussi reçu un montant de 4,3 millions des assurances à la suite de l'effondrement du Centre sportif, souligne Gaétan Ouellet, qui insiste pour rappeler que les Témilacois ne seront pas les seuls à payer la facture.

En gros, il nous reste deux millions de dollars à aller chercher. On se tourne vers les commanditaires. Plus on va en avoir, moins la facture sera élevée pour les contribuables. Chaque million que nous irons chercher va baisser la facture de 18 $ par compte de taxes.

Gaétan Ouellet, maire de Témiscouata-sur-le-Lac
Le toit de l'aréna Phil Latulipe s'est effondré.

Le Centre sportif Phil-Latulippe s'est effondré en avril 2017 (archives).

Photo : Alain Pelletier

Où sont les plans ?

Pendant ce temps, des citoyens dénoncent le fait que l'administration municipale n'ait toujours pas présenté les plans pour son projet. Gaétan Ouellet explique qu'en temps normal, des représentations 3D de ceux-ci auraient dû être présentées aux citoyens le 3 mai dernier.

On voulait les présenter à l'ensemble des citoyens, mais la crise sanitaire actuelle nous a empêché d'organiser une soirée d'information à ce sujet. On va donc présenter une vidéo en trois dimensions des plans sur notre site web et nos réseaux sociaux au cours des prochains jours, question d'aider les citoyens à se faire une tête sur notre projet, souligne M. Ouellet.

Il recommande également aux citoyens de consulter les documents du conseil municipal du 10 mars où, dit-il, des détails sur la nature du projet ont été présentés.

Le nouveau maire de Témiscouata-sur-le-Lac, Gaétan Ouellet.

Le maire de Témiscouata-sur-le-Lac, Gaétan Ouellet (archives)

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Des citoyens se mobilisent

Au même moment, un groupe de citoyens prend le taureau par les cornes pour exprimer son désaccord face au projet. Ce groupe a même obtenu la permission de la coopérative alimentaire Intermarché de Notre-Dame-du-Lac afin de s'y installer pour recueillir les 417 signatures nécessaires à la tenue d'un référendum.

La Ville de Témiscouata-sur-le-Lac a pour sa part accepté que les signatures soient recueillies dans d'autres endroits qu'à ses bureaux, étant donné la crise sanitaire.

« La municipalité nous a carrément dit comment le faire », précise l'un des opposants au projet, Rémy Bégin, qui estime que les citoyens de Témiscouata-sur-le-Lac n'ont pas du tout les moyens de se payer un projet de 21,5 millions de dollars.

C'est impossible avec la capacité de payer de la population. Impossible! Surtout dans la conjoncture économique actuelle. [...] On a aucun plan, rien! On a pas de document. S'ils ont des documents, ils ne veulent pas nous les montrer!

Rémy Bégin, citoyen de Témiscouata-sur-le-Lac

M. Bégin est également d'avis que Témiscouata-sur-le-Lac devrait revenir en arrière pour favoriser la rénovation de l'aréna Jacques-Dubé, tel qu'annoncé au tout début de la saga.

Ils veulent absolument un aréna, mais on en a déjà un! Selon moi, avec 10 millions de dollars, on pourrait avoir quelque chose de très bien avec [l'aréna] Jacques-Dubé. Je crois qu'on devrait plutôt faire des projets à la hauteur de nos moyens, ajoute M. Bégin.

Par ailleurs, Rémy Bégin est persuadé d'être en mesure de recueillir les 417 signatures nécessaires à la tenue d'un référendum. C'est la moitié de ce qu'on espère! On a déjà recueilli plus de 800 signatures pour une pétition qui a été repoussée du revers de la main par la Ville. Si ces gens ont un peu d'honneur, ils vont revenir signer une deuxième fois un document légal et en bonne et due forme, conclut M. Bégin.

Rappelons que l'ancien maire de Témiscouata-sur-le-Lac, Gilles Garon, avait démissionné en juin 2018 dans la foulée des débats citoyens en lien avec le projet sur deux adresses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !