•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Toronto s'oppose au définancement de la police

Une policière à côté d'un véhicule de police à une intersection du centre-ville.

Le maire de Toronto souligne que la ville a des défis en matière de violence armée.

Photo : CBC

Radio-Canada

Le maire de Toronto rejette la motion de conseillers municipaux d'amputer le budget de la police de 10 % pour financer des programmes communautaires.

L'instigateur de cette motion, le conseiller Josh Matlow, fait valoir qu'il faut « rééquilibrer » le financement de la police, comme le réclament de nombreux groupes dans la foulée de la mort de George Floyd aux États-Unis lors d'une intervention policière.

Il incombe aux décideurs de veiller à ce que les ressources et le soutien nécessaires soient fournis aux Noirs, aux Autochtones et aux personnes de minorités, dit-il.

Le maire Tory rétorque qu'il a gelé le budget de la police pendant deux ans. La Ville a toutefois embauché plus de policiers par la suite face à une vague de fusillades.

Amputer arbitrairement le budget de la police n'est pas la solution, surtout alors qu'on fait face à des défis pour s'assurer que Toronto demeure sécuritaire.

John Tory, maire de Toronto (en entrevue à CP24)

M. Tory souligne que 90 % du budget de la police sert à payer les agents.

Il ajoute néanmoins qu'il est nécessaire de continuer à réformer le service policier pour faire face aux enjeux liés au racisme et à la santé mentale.

Mardi, le premier ministre Doug Ford s'est opposé au définancement de la Police provinciale, prônant plutôt plus de formation pour les agents.

De son côté, le conseiller Matlow affirme que sa motion ne signifie pas un rejet de la police, mais plutôt la nécessité de financer aussi des « solutions de rechange » à la surveillance policière.

Le budget annuel de la police à Toronto s'établit à plus de 1 milliard de dollars. Il s'agit de la plus importante dépense de la Ville, souligne le conseiller Matlow.

Il propose de consacrer à partir de 2021 10 % de cette somme à des programmes communautaires et antiracisme, de garde d'enfants et de logement abordable, notamment. Il veut appuyer davantage les communautés pour « éviter que la police ait à se présenter à la porte des gens ».

Le conseil municipal doit débattre de sa motion, appuyée par la conseillère Kristyn Wong-Tam du centre-ville, lors de sa rencontre à la fin du mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !