•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des primaires marquées par des problèmes en Georgie

Des électeurs attendent dans une file pour aller voter.

Des électeurs font la file à l’extérieur d’un bureau de vote, le 9 juin 2020, lors des primaires de l’État de Georgie. Ces primaires avaient été reportées en raison des restrictions attribuables à la COVID-19.

Photo : Reuters / DUSTIN CHAMBERS

Radio-Canada

De longues files, des machines de votation qui ne fonctionnent pas : pour plusieurs électeurs de l'État de la Georgie, les primaires qui se tenaient mardi se sont révélées une course à obstacles.

Après avoir reporté deux fois le vote en raison de la pandémie, la Georgie tenait ses élections primaires liées à des dizaines de postes électifs municipaux, d'État et fédéraux, notamment pour la présidence et pour le Sénat.

Mais de nombreux électeurs ont dû s'armer de patience pour exercer leur droit de vote en plus d'avoir à tolérer la chaleur ou la pluie pendant qu'ils attendaient.

Selon l'Associated Press, l'attente a par endroits duré cinq heures, et les bureaux de vote d'au moins neuf comtés ont décidé de prolonger les heures de votation.

Une multitude de facteurs ont convergé pour venir perturber le scrutin.

Acquis au coût de 104 millions de dollars, le nouveau système de votation, qui combine des écrans tactiles avec les bulletins de vote en papier numérisés, a connu des ratés, certaines machines, par exemple, ne démarrant pas. Certains bureaux de vote n'avaient en outre pas reçu l'équipement à temps ou n'avaient pas formé adéquatement les employés électoraux.

La réduction du personnel électoral, en raison des craintes liées au coronavirus, a de plus occasionné la diminution du nombre des bureaux de vote. Selon des groupes de défense du droit de vote, les quartiers plus pauvres comptant une forte concentration d'Afro-Américains ont été touchés de manière disproportionnée.

Certains électeurs ont en outre affirmé ne pas avoir reçu par la poste le bulletin de vote qu'ils avaient demandé, venant garnir les rangs de ceux qui attendaient en ligne.

La mairesse d'Atlanta, Keisha Lance Bottoms, a exprimé ses préoccupations sur Twitter, exhortant notamment les électeurs à faire preuve de détermination.

Si vous êtes dans la file, ne permettez pas que votre vote soit supprimé S'IL-VOUS-PLAÎT. S'IL-VOUS-PLAÎT, restez dans la file. Ils devraient vous offrir un bulletin de vote provisoire si les machines ne fonctionnent pas.

Une citation de :La mairesse d'Atlanta, Keisha Lance Bottoms, dans un message publié sur Twitter

Le secrétaire d'État de la Georgie, le républicain Brad Raffensperger, a annoncé la tenue d'une enquête sur cette situation inacceptable dans au moins deux comtés, ceux de Fulton et de DeKalb, qui sont des bastions démocrates, rejetant toutefois le blâme sur eux.

Les démocrates ont cependant affirmé que des problèmes avaient été constatés dans tous les coins de l'État.

L'ex-candidate démocrate au poste de gouverneur de la Georgie lors de l'élection de 2018, Stacey Abrams, a blâmé le secrétaire d'État.

Les Georgiens méritent mieux, a écrit sur Twitter Mme Abrams, qui milite maintenant contre la restriction du droit de vote. M. Raffensperger est responsable de ce désastre. Il doit cesser de montrer du doigt [des coupables] et remédier à la situation, a-t-elle soutenu.

En 2018, elle avait attribué sa défaite à la suppression du vote par son rival républicain Brian Kemp qui, en sa qualité de secrétaire d'État, supervisait le processus de mise à jour de la liste électorale.

Malgré la situation chaotique, le taux de participation pourrait être plus élevé que prévu, car, selon l'Associated Press, plusieurs électeurs se sont dits déterminés à participer au processus démocratique après la mort de George Floyd lors d'une intervention policière à Minneapolis, il y a deux semaines.

La Virginie-Occidentale, le Nevada, la Caroline du Sud, le Dakota du Nord tenaient aussi des primaires, mais les problèmes survenus en Georgie ont monopolisé l'attention. Le nombre de bureaux de vote dans ces États avait aussi été réduit.

Selon le bureau de M. Raffensperger, environ un million de Georgiens, sur les 6,9 millions d'électeurs inscrits, ont voté par correspondance, et 325 000 autres ont voté par anticipation.

Prélude à l'élection de novembre?

Le déroulement du scrutin soulève des questions sur la capacité de l'État à gérer les élections de novembre, dont la présidentielle.

L'enjeu risque d'être d'autant plus problématique que les élections générales attirent un électorat plus nombreux que lors des primaires et que l'État pourrait s'avérer vital dans la lutte pour la Maison-Blanche.

La Georgie n'a pas voté pour un candidat démocrate à la présidence depuis 1992, mais plusieurs observateurs estiment que l'État est à surveiller cette année.

La campagne du candidat démocrate pressenti, Joe Biden, qui a remporté la primaire de son parti en Georgie, a déploré une situation complètement inacceptable et appelé l'État à résoudre les problèmes avant novembre.

L'ancien vice-président espère bénéficier de l'appui de la communauté afro-américaine et de ses alliés blancs, qui ont organisé des manifestations massives depuis deux semaines à la suite du meurtre de George Floyd, lors d'une intervention policière, au Minnesota.

Avec les informations de NPR, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !