•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En mode solution pour la montaison des saumons dans le fleuve Fraser

Deux saumons rouges dans une rivière pris en photo par un appareil photo sous-marin.

L'éboulement de rochers dans le fleuve Fraser a empêché de nombreux saumons d’effectuer leur montaison pour frayer.

Photo : Radio-Canada

Les travaux continuent pour libérer le passage obstrué par l’éboulement près de Big Bar, à l’ouest de Clinton, alors que les saumons remonteront bientôt le fleuve Fraser pour frayer. Entre-temps, des mesures ont été mises en place pour faciliter leur déplacement.

La ministre fédérale des Pêches, Bernadette Jordan, a indiqué en comité parlementaire que l’éboulement près de Big Bar en Colombie-Britannique est l’une des plus grandes menaces pour la population de saumon de la région.

Cela a été une priorité dès le début de mon mandat.

Une citation de :Bernadette Jordan, ministre des Pêches

La directrice générale de la région du Pacifique à Pêches et Océans Canada, Rebecca Reid estime que 98 % de la population de saumon qui remonte le fleuve en début de saison a péri en raison de l’éboulement. Quelque 60 000 poissons ont dû être déplacés par hélicoptère alors qu’environ 245 000 saumons ont réussi à passer naturellement.

Des blocs de béton sont empilés sur le site de l'éboulement.

Un peu plus de 500 blocs de béton ont été utilisés pour construire une échelle à poissons afin d'aider le saumon à contourner le glissement de terrain sur le fleuve Fraser.

Photo : Pêches et Océans Canada

Depuis, plusieurs mesures ont été mises en place afin d’assurer le passage des poissons, dont la construction d’un escalier de béton qui devrait permettre aux saumons de gagner l’élévation nécessaire pour utiliser différents tubes, aussi appelés canons à saumon, qui propulse les poissons plus en amont.

Il est cependant impossible de prévoir si ces dispositifs fonctionneront parfaitement puisque cela dépendra du niveau de l’eau, explique le vice-ministre des Pêches et des Océans, Timothy Sargent.

Le tube est installé sur des tréteaux près d'un cours d'eau.

L'une des solutions retenues est l'utilisation d'un tube créé par la société Whooshh Innovations de Seattle, qui transportera les poissons à 160 mètres au-dessus de l'éboulement avant de les recracher en amont.

Photo : Whoshh Innovations

C’est toujours difficile de prévoir le niveau de l’eau, ça dépend de tellement de facteurs alors nous serons prêts à toutes éventualités, assure-t-il en ajoutant que des poissons pourront être à nouveau transportés par camions et par hélicoptère si la situation l’exige.

Hausse du coût des travaux

Le coût des travaux, effectué par la firme Peter Kiewit & Sons, ont significativement augmenté, passant de 17,6 millions à 52,5 millions de dollars.

C’est un endroit extrêmement reculé a tenu à rappeler plusieurs fois la ministre Bernadette Jordan, pour justifier le montant et la longueur des travaux.

Nous savions dès le départ que ce serait une entreprise colossale.

Une citation de :Bernadette Jordan, ministre Pêches et Océans

Pour le moment, la ministre fédérale de Pêches et Océans n’est pas en mesure de dire quand les travaux seront terminés ni le coût total de l’opération.

Le site de l'éboulement avec la machinerie.

La chute de terre et de rochers aurait eu lieu en novembre ou décembre 2018 près de Big Bar, à l’ouest de Clinton, mais n'aurait été rapportée qu'en juin 2019.

Photo : Pêches et Océans Canada

Surveillance hors saison

L’éboulement de Big Bar est survenu à la fin de l’année 2018, mais n’a pas été signalé au ministère avant juin 2019.

La directrice générale de la région du Pacifique à Pêches et Océans Canada, Rebecca Reid, n’exclut pas la possibilité d’utiliser l’imagerie satellite à l’avenir pour assurer une surveillance du secteur hors de la saison de pêche.

Des études sont réalisées dans le but de connaître l’impact qu’a eu l’éboulement de Big Bar sur la population de saumon alors que d’autres recherches sont également faites sur les falaises qui entourent le site afin de s’assurer qu’un autre éboulement ne surviendra pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !