•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation violente à Prince George : trois policiers de la GRC accusés

L'événement a été capté par une caméra vidéo de surveillance.

Une image en noir et blanc tirée de la vidéo de surveillance montrant les policiers et les suspects autour d'une camionnette.

Trois policiers de la GRC font face à des accusations criminelles après cette arrestation survenue en 2016.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Trois agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Prince George devront faire face à la justice quatre ans après l’arrestation musclée de deux suspects reconnus coupables de vol en 2016. L’événement a été capté par une caméra de surveillance.

Sur ces images, on y voit un premier homme être extirpé d’une camionnette à l’aide d’un chien policier. L’homme est ensuite plaqué au sol et roué de coups. Le deuxième suspect, assis du côté passager, est lui aussi sorti du véhicule avant de recevoir plusieurs coups de pieds de la part des policiers.

L’agent Joshua Grafton est accusé de voies de fait, voies de fait armées et d’entrave à la justice alors que ses collègues Wayne Connell et Kyle Sharpe font face à des accusations de voies de fait causant des lésions.

Ces accusations sont déposées par la Couronne après qu’une investigation du Bureau des enquêtes indépendantes de Colombie-Britannique ait conclu en 2018 que les gestes posés par les agents contreviennent à la loi.

Les trois agents doivent comparaître en cour provinciale le 12 août et demeureront en devoir d’ici là, car la GRC estime qu’ils sont aptes à servir.

La capacité de ces agents à demeurer en service a été évaluée. Nous croyons qu’ils sont en mesure d’accomplir leurs tâches de façon sécuritaire tout en respectant les attentes du public, indique la sergente Janelle Shoihet des relations médias de la GRC.

Le corps policier précise que les trois agents ont fait l’objet d’une enquête interne, mais refuse d’en dévoiler les conclusions pour des raisons de confidentialité.

Leur syndicat se dit en faveur de la transparence et de la reddition de compte, mais dénonce la lenteur des procédures.

Les hommes et les femmes courageux qui protègent les Canadiens contre ceux qui leur feraient du mal méritent mieux que d'être l'objet d'une enquête prolongée de quatre ans et demi, soutient dans un communiqué Brian Sauvé, le président de la Fédération de la police nationale.

D’autres agents de Prince George sous la loupe

Ces accusations sont déposées à peine dix jours après que le Bureau des enquêtes indépendantes ait suggéré que cinq autres agents de la GRC de Prince George répondent de leurs actes devant les tribunaux.

Ces agents pourraient faire face à des accusations criminelles en lien avec la mort, en 2017, d’un homme autochtone en détention.

Les cinq policiers impliqués dans cette affaire demeurent eux aussi en service.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Colombie-Britannique et Yukon

Justice et faits divers