•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arsenic : la Fonderie Horne déposera un nouveau plan d'action bonifié

L'affiche à l'entrée de la Fonderie Horne indique «une compagnie Glencore».

La Fonderie Horne peut émettre jusqu'à 67 fois plus d'arsenic que ce qui est autorisé dans le Règlement provincial sur l'assainissement de l'atmosphère.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

La Fonderie Horne déposera un plan d’action bonifié pour réduire ses émissions d’arsenic. Il s’agira d’une version modifiée du plan initialement déposé le 15 décembre.

D’ici le 10 juillet, ce document sera transmis au comité interministériel mandaté par le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette.

La nouvelle version du plan tiendra compte des plus récents résultats enregistrés à la station de la Fonderie Horne qui calcule les émissions atmosphériques.

Les données de la station légale de la Fonderie indiquent que depuis le début de l'année 2020, la moyenne enregistrée est de l'ordre de 48 nanogrammes par mètre cube, alors qu'elle se situait à 215 ng/m3 pour la même période en 2019.

Ces chiffres ont encouragé la Fonderie à revoir son plan d’action, une décision qui a été prise dans les dernières semaines.

Cette baisse de 215 à 48 ng/m3 serait attribuable, selon l’entreprise, à certains travaux sur la diminution des émissions atmosphériques.

Ces travaux ont eu lieu dans le secteur de la roue de coulée, où l’on coule les anodes. Cet endroit est celui où il y a davantage de chances que des gaz s’échappent de l’usine.

Un travailleur de la fonderie.

La fonderie Horne, poumon économique de la ville, emploie 660 travailleurs.

Photo : Radio-Canada

La captation des gaz y a été notamment optimisée, ce qui a permis de diminuer les émissions, dont celles de l'arsenic.

Après trois mois d'analyse, on s'est rendu compte qu'il y avait des résultats qui étaient au-delà des attentes qu'on avait, donc on a pu parfaire nos connaissances dans ce secteur-là de l'usine, puis on s'est dit qu'on avait peut-être avantage à aller travailler dans ce secteur-là, explique la conseillère en communication de la Fonderie, Cindy Caouette.

Le plan d’action original prévoyait donc une dizaine d’actions et le nouveau en comportera tout autant.

Les actions de la Fonderie seront simplement davantage ciblées dans le secteur de la roue de coulée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique