•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Le temps est-il venu de présenter une mise à jour budgétaire à Ottawa?

Justin Trudeau sort de sa maison en tenant des feuilles de papier.

Le premier ministre Justin Trudeau a fait un point de presse presque tous les jours depuis le début de la pandémie, en mars.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Depuis le début de la crise, le gouvernement du Canada et le directeur parlementaire du budget à Ottawa ont fourni des données claires, accessibles et précises sur les coûts des mesures d’aide qui ont été adoptées. Nous avons été capables de suivre l’évolution des dépenses depuis le début. C’est très bien, mais l’heure est-elle venue de présenter un budget en bonne et due forme ou, à tout le moins, une mise à jour budgétaire?

Le premier ministre Justin Trudeau affirme que son gouvernement est transparent et que l’évolution de l’économie pour les prochains mois est trop incertaine pour faire des projections budgétaires. Il laisse entendre qu’il n’y a pas de budget ni d’énoncé à l’ordre du jour. BNN Bloomberg affirme toutefois qu’une mise à jour budgétaire se prépare pour l’été.

Il est vrai qu’on a du mal à mesurer la vitesse de la réouverture de l’économie, le premier ministre Trudeau a raison sur ce point. La réouverture se fait à géométrie variable dans les provinces. Selon un sondage diffusé lundi par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, 59 % des PME ont totalement repris leurs activités au Nouveau-Brunswick, 49 % au Québec et 37 % en Ontario. C’est un grand écart.

Il est vrai aussi que le gouvernement fédéral devra possiblement prolonger les périodes de couverture de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) pour certains travailleurs qui ne retrouvent pas leur emploi après les 16 semaines de soutien qui ont été prévues par l’État.

On ne peut pas, non plus, clairement établir les coûts des mesures d’aide. On sait aussi qu’il y aura des sommes à investir dans les prochaines semaines pour aider à stimuler l’économie.

Malgré toute cette incertitude, il n’en demeure pas moins que les Canadiens ont le droit d’avoir accès à une présentation complète des finances publiques. Nous arrivons à la mi-juin et il est anormal de ne pas avoir eu de budget pour l’exercice qui s’est amorcé le 1er avril dernier. On comprend très bien pourquoi, mais il est peut-être venu le temps pour le ministre des Finances Bill Morneau de dresser un portrait complet de l’état des choses.

Une bonne partie du soutien public aux Canadiens qui ont perdu leur emploi est passé. Nous avons dépassé les sommets d’utilisation de ces aides et il est maintenant possible pour les experts du ministère des Finances de faire des projections et d’établir des scénarios.

Le gouvernement a fourni quelques tableaux qui nous permettent de faire une première évaluation des coûts :

  • Mesures de santé et de sécurité : 5,8 milliards $
  • Mesures de soutien direct : 153,1 milliards $
  • Déficit prévu lors de la mise à jour du 16 décembre 2019 : 28,1 milliards $
  • Total : 187 milliards $

Maintenant, à ces mesures, il faut retirer des revenus qui ne seront pas enregistrés en raison de la chute de l’économie. Selon le directeur parlementaire du budget, dans son rapport du 30 avril dernier, les revenus du gouvernement vont passer de 340 milliards de dollars en 2019-2020 à 281 milliards en 2020-21, soit une chute de près de 60 milliards.

Dans sa mise à jour économique d’avant les Fêtes, le gouvernement Trudeau prévoyait des revenus de 352 milliards en 2020-21. Donc, l’écart entre cette prévision et la projection du directeur parlementaire du budget est de 71 milliards de dollars.

On arrive ainsi à environ 260 milliards de dollars de déficit pour l’exercice 2020-21.

Maintenant, est-ce la bonne évaluation? Quelles sont les mesures de relance du gouvernement Trudeau et leurs coûts attendus? Quels sont les objectifs de revenus? Et quelles sont les projections pour les prochains exercices budgétaires?

Dans la mesure où les économistes du secteur privé, qui sont consultés par le ministre des Finances, font des prévisions pour cette année et les prochaines années, il est entendu que le ministère des Finances du Canada fait ses propres évaluations.

Pour que les citoyens comprennent mieux la situation financière du gouvernement du Canada et pour permettre à l’opposition de mener à bien son travail, et de le faire dans l’intérêt démocratique du pays, n’est-il pas du devoir du gouvernement de présenter une mise à jour des finances publiques du pays très prochainement?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Finances publiques

Économie