•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Labeaume en faveur des caméras d'intervention pour les policiers

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Képis de policier.

Képis de policier.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Se déclarant en faveur des caméras d'intervention pour les policiers, Régis Labeaume rencontrera le chef du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) mardi pour discuter de la question du racisme systémique.

« On va voir quelles sont les solutions à des problèmes qu'on peut identifier. C'est aussi simple que ça. On va s'ouvrir pour ne pas que ça arrive », a-t-il affirmé mardi.

M. Labeaume rencontrera également des représentants de la communauté noire et de la communauté musulmane.

On va regarder ensemble l'état des lieux à Québec. On va se mêler de Québec. Québec, ce n'est pas une métropole. Qu'est-ce qu'on peut faire en sorte pour que ça n'arrive pas, a ajouté le maire.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Régis Labeaume en conférence de presse, le 9 juin 2020.

Régis Labeaume se proclame en faveur des caméras corporelles pour les policiers

Photo : Radio-Canada

La représentation des communautés culturelles au sein du corps de police sera également à l'ordre du jour. La semaine dernière, Radio-Canada révélait que le SPVQ ne compte aucun agent noir dans ses rangs.

C'est essentiel. Il n'y a pas d'interrogation là-dessus. Maintenant, ce n'est pas simple, a ajouté Régis Labeaume.

Il faut qu'il y ait des membres des communautés culturelles au SPVQ. Il faut que ça arrive.

Régis Labeaume, maire de Québec

Le maire s'est également dit ouvert au port de la caméra d'intervention par les agents du SPVQ.

Toutes les solutions qui sont avantageuses pour nous et pour les citoyens, on est ouverts, a-t-il insisté.

Les policiers divisés

La Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec indique pour sa part que c'est au corps de police de décider de l'instauration de l'usage de ces caméras.

« Ça pourrait être une bonne idée », indique le vice-président, Patrick Talbot.

Patrick Talbot, vice-président de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec, lors d'une entrevue à l'extérieur le 9 juin 2020.

Patrick Talbot est vice-président de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec.

Photo : Radio-Canada

« Ça permettrait de voir l'ensemble d'une intervention, pas seulement une image pris par une personne qui passe avec son cellulaire et qui capte purement et simplement l'intervention au moment où ça dégénère », ajoute-t-il.

Les membres de la Fraternité sont partagés sur le sujet. M. Talbot croit par ailleurs que le recours à cette technologie soulève des questions quant au droit à la vie privée ainsi que des questions légales.

Si des interventions filmées peuvent mieux représenter fidèlement le travail des policiers, Patrick Talbot ne croit pas qu'elles pourraient contribuer à augmenter la confiance des communautés culturelles envers les agents.

« Je ne vois pas en quoi la caméra corporelle pourrait améliorer la relation entre les policiers et les différentes ethnies. Les interventions de nos gens sur le terrain sont conformes, sont correctes », soutient-il.

Selon la Ligue des droits et libertés, la police de Québec doit faire un examen de conscience pour comprendre pourquoi aucun candidat noir ne veut rejoindre ses rangs.

La section de Québec de la Ligue avertit également que ce ne sont pas aux minorités culturelles de changer la culture policière au SPVQ.

« C'est à la police de changer et, ensuite de ça, peut-être que les minorités culturelles pourront changer de perception face à elle », affirme le coordonnateur, Maxim Fortin.

« Ce n'est pas aux communautés culturelles de faire le travail et de donner une chance. C'est à la police de se réformer », réclame-t-il.

Avec les informations d'Olivier Lemieux et Sébastien Tanguay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !