•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les débardeurs du port de Montréal pourront faire la grève

Des conteneurs au port de Montréal.

Les 1125 débardeurs du port de Montréal avaient voté en faveur de la grève, en décembre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne

La grève des débardeurs pourra bel et bien avoir lieu au port de Montréal. Les employeurs maritimes ont échoué dans leur tentative de faire déclarer comme services essentiels la totalité des activités de débardage.

Les 1125 débardeurs du port de Montréal, membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), affilié à la FTQ, avaient voté en faveur de la grève, en décembre 2018.

L'Association des employeurs maritimes s'était alors adressée au Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) – un tribunal quasi judiciaire spécialisé en relations de travail – demandant le maintien de la totalité des activités des débardeurs, même en cas de grève.

Or, le CCRI a conclu que les risques imminents et graves pour la santé et la sécurité du public, advenant le déclenchement d'une grève des débardeurs, n'ont pas été démontrés par les employeurs.

Le CCRI rappelle qu'il existe d'autres solutions de rechange, comme le chemin de fer, l'avion-cargo, le camionnage, et d'autres ports, si une grève des débardeurs venait à être déclenchée.

Le CCRI concède qu'une éventuelle grève aurait des répercussions économiques, mais rappelle que le droit de grève est protégé par le Code du travail et que la Cour suprême du Canada a statué que ce droit est visé par la protection constitutionnelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Relations de travail