•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le confinement shawiniganais de la boxeuse Tammara Thibeault

Tammara Thibeault assise dans les marches d'une maison avec son chien et des gants de boxe à côté.

Tammara Thibeault, 23 ans, en compagnie de son chien Rocky, à Shawinigan

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

C’est à Shawinigan, avec sa famille, que la boxeuse Tammara Thibeault a choisi de passer la période de confinement imposée par la pandémie de la COVID-19. Après le choc de voir les qualifications pour les Jeux olympiques être annulées, l’athlète de 23 ans a su relever la tête et continuer à foncer vers son rêve.

Il est facile de repérer la maison familiale de Tammara Thibeault : il y a un sac de boxe juste devant, dans la rue. La jeune femme l’installe ici pour s’entraîner. Et à son grand plaisir, elle peut courir en pleine nature, dans un boisé tout près, avec son chien Rocky, nommé ainsi en l’honneur du boxeur.

La décision de venir à Shawinigan en mars allait donc de soi pour elle. Le beau temps s'en venait et je ne voulais pas être pognée dans mon appartement à Montréal, raconte-t-elle.

On est tellement bien à Shawinigan, c'est paisible, il y a plein de choses à faire dehors, dit-elle. Je savais que j'avais de la place pour m'entraîner. Ici, à Shawinigan, j'ai une cour, j'ai plein plein de ressources, alors c'est pour cela que je suis revenue.

À sept dans la maison, la famille a dû s’ajuster à cette nouvelle réalité. On a retrouvé notre chimie familiale, alors là, ça va super bien, sinon, je ne serais pas restée trois mois!, raconte-t-elle en souriant.

Les deux personnes dans la rue devant une maison et à côté d'un sac de boxe.

Tammara et son père Patrick Thibeault, à Shawinigan

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Une montée interrompue

Tammara Thibeault a remporté la médaille de bronze aux derniers championnats mondiaux de boxe chez les moins de 75 kilogrammes.

Elle était donc en très bonne position pour obtenir une place pour les Jeux olympiques de Tokyo qui devaient avoir lieu du 24 juillet au 9 août 2020.

Mais à sept jours de son départ pour les qualifications de boxe, en Argentine, tout s'est arrêté.

Ça s’est fait d’un coup sec. On partait dans sept jours et ils nous ont assis et ont dit : “les qualifs sont cancellées”, il n’y en a plus, se souvient-elle.

Par la suite, le report des Jeux de Tokyo a été confirmé. Mais ce qui l’attriste le plus, c’est de ne pas avoir pu confirmer sa place pour les Olympiques avant que tout se mette sur pause.

Avoir ton billet pour les Olympiques, je pense que c’est l’étape la plus difficile. Quand tu es rendue [aux Jeux olympiques], tu es rendue, tu te concentres à bien performer là-bas, mais c’est de se rendre là qui est extrêmement difficile.

Une citation de :Tammara Thibeault, boxeuse

Pour avoir sa place aux Olympiques, Tammara Thibeault devait terminer dans le top 3, un objectif qu’elle était confiante d’atteindre.

J’étais plus déçue que les qualifications soient cancellées, que les Olympiques, parce que s’il y avait eu des qualifications, j’aurais eu mon billet pour Tokyo, peu importe quand ça aurait été dans un an, deux ans, n’importe quand, j’aurais eu mon billet.

Les athlètes des autres disciplines qui se sont déjà qualifiés pour les Olympiques pourront de facto participer aux prochains Jeux, en 2021.

Un autre côté de la médaille

Les parents de Tammara Thibeault avaient prévu aller l’encourager au Japon. Ils sont déçus du report des Jeux olympiques, mais son père y voit tout de même un avantage.

Patrick Thibeault, lui-même boxeur et ancien joueur de la Ligue canadienne de football, a entraîné sa fille durant environ cinq ans avant qu’elle n’aille à Montréal.

À l’âge qu’elle a, dans le sport dans lequel elle évolue, ça lui donne un an de plus pour évoluer, tandis que quand tu vois dans le top 5 mondial, l’année de plus, pour certaines opposantes, ça va peut-être leur faire mal, constate-t-il. Tammara Thibeault est du même avis.

Moi aussi je pense aussi que c’est un mal pour un bien, dans le sens où je suis jeune et je ne fais juste monter, dit-elle. L’année de plus qu’on a va faire en sorte que je vais pouvoir m’améliorer encore plus.

Je suis contente, parce que là, je suis capable de viser la médaille que je veux. J’ai eu une médaille de bronze aux Championnats du monde, mais là, ce n’est pas celle-là que je vise.

Une citation de :Tammara Thibeault, boxeuse
Tammara Thibeault (rouge) regarde son adversaire avec les poings levés

Tammara Thibeault (rouge) lors des Jeux panaméricains de Lima

Photo : Reuters / Ivan Alvarado

Un entraînement plus que physique

Tammara Thibeault a rapidement repris l’entraînement à la mi-mars, malgré l’arrêt des activités de son équipe. Elle s’est entraînée tous les jours à Shawinigan. Puis, les séances par vidéo ont repris avec ses entraîneurs de Boxe Canada et ses coéquipières.

L’athlète n’a donc aucunement l’impression d’avoir perdu du galon. Au contraire.

Je vais revenir au gym et je pense que je vais être encore meilleure, parce que je vais avoir vraiment l’esprit clair et avec de l’enthousiasme, explique-t-elle. Et le fait que je me suis entraînée deux fois par jour, le fait que j’ai gardé cette motivation, ça va vraiment bien me servir.

Son père est fier qu'elle ait été aussi assidue. Ça a toujours été une de mes priorités, de l’autonomiser là-dedans, qu’elle devienne autonome, qu’elle n’attende pas après rien pour atteindre ses buts, confie-t-il.

À Shawinigan, Tammara a su garder la forme et elle se sent même plus forte mentalement.

Moi, je roule à 100 mille à l’heure, ce que je veux ressortir [de cette expérience du confinement], c’est d’être capable d’écouter mon corps, de ralentir un peu les choses et de profiter du moment présent.

Une citation de :Tammara Thibeault
La jeune femme qui court avec son chien dans un bois.

Tammara Thibeault court toujours avec son chien Rocky. On les voit ici dans un sentier près de la maison familiale à Shawinigan.

Photo : Radio-Canada

J’ai tendance à m’en mettre beaucoup sur les épaules, le fait que je suis capable de revenir ici et de prendre une chose à la fois, c’est quelque chose que je veux amener avec moi dans mon cheminement pour Tokyo 2021.

Après avoir passé environ trois mois à Shawinigan, Tammara Thibeault s’apprête à retourner à Montréal pour poursuivre bientôt l’entraînement avec son équipe de Boxe Canada, à l’Institut national du sport (INS) situé au stade olympique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !