•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les garderies ontariennes autorisées à rouvrir vendredi

Un maximum de 10 enfants et employés à la fois sera permis dans un espace donné.

Trois enfants non-identifiés d'âge préscolaire jouent ensemble avec des camions-jouets dans un service de garde.

La province veut s'assurer que les services de garde puissent rouvrir de façon sécuritaire.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Les garderies ontariennes sont autorisées à rouvrir leurs portes vendredi, dans l'ensemble de la province. Il y aura toutefois des conditions : un nombre limite d'enfants ainsi que des mesures de dépistage et de nettoyage accrues.

Le premier ministre Doug Ford, le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, et la ministre de la Santé, Christine Elliott, ont donné les détails du plan de réouverture progressive mardi après-midi.

Alors que nous nous apprêtons à entreprendre la deuxième phase du déconfinement, offrir des services de garde aux parents est crucial pour la relance de l'économie.

Stephen Lecce, ministre de l'Éducation

Lundi, la province avait annoncé les détails de la deuxième étape de son plan de déconfinement, qui inclut la réouverture dès vendredi des salons de coiffure, des terrasses de restaurants et des centres commerciaux, à l'extérieur des régions de Toronto, du Niagara et de Windsor.

Une femme qui porte un masque désinfecte un crayon-feutre.

Les garderies seront nettoyées avant l'arrivée des enfants et au cours de la journée.

Photo : Associated Press / Ted S. Warren

Le gouvernement a aussi annoncé mardi que les camps de jour seront autorisés à rouvrir, avec certaines limites, au cours de la deuxième phase de déconfinement. Les camps de vacances où les jeunes passent la nuit sont toujours interdits.

Les garderies devront avoir un plan d'intervention au cas où un enfant, un parent ou un membre du personnel serait exposé au coronavirus.

Un registre des présences permettra de retrouver plus facilement les personnes exposées, au besoin. Seules les visites essentielles seront permises.

Les parents devront donner leur autorisation pour qu'un enfant subisse un test de dépistage, a précisé la ministre de la Santé, Christine Elliott.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Le ministre de l'Éducation Stephen Lecce ne s'attend pas à ce que tous les parents se remettent à envoyer leur enfant à la garderie immédiatement.

La province va donc maintenir, du moins pour un temps, le décret d'urgence qui fait en sorte que l'enfant ne perde pas sa place et les familles n'aient pas à payer si elles n'utilisent pas le service.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, en conférence de presse.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce

Photo : La Presse canadienne / Rene Johnston

L'opposition néo-démocrate déplore le fait que l'annonce ne s'accompagne pas d'un soutien financier accru, alors que les dépenses pour le nettoyage, le dépistage et l'équipement de protection vont faire grimper les frais d'exploitation.

Plusieurs garderies sont dans une situation précaire, déplore la porte-parole en matière de services de garde, Doly Begum. Elles ont du mal à payer le loyer et les factures et à survivre aux fermetures que la pandémie a entraînées.

Doug Ford risque de forcer les garderies à hausser leurs frais ou à fermer définitivement.

Doly Begum, députée néo-démocrate, dans une déclaration écrite

Une porte-parole du ministère de l'Éducation a précisé que la province fera une annonce prochainement au sujet des tarifs.

L'entrée d'une garderie, avec des casiers, des sacs à dos et une girafe en peluche.

Des mesures seront en place à l'arrivée des enfants et à la fin de la journée quand les parents viennent les chercher pour favoriser la distanciation physique.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

En Ontario, les garderies sont fermées depuis la mi-mars à cause de la pandémie.

Les mesures sanitaires qui devront être respectées s'inspirent de celles qui ont été mises en place dans les garderies qui étaient restées ouvertes pour les enfants de travailleurs essentiels.

Ces centres qui offraient des services gratuits fermeront d'ailleurs leurs portes le 26 juin.

À la fin d'avril, l'une de ces garderies de dépannage à Toronto avait dû fermer ses portes temporairement à la suite d'une éclosion de COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !