•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle étape du déconfinement commence vendredi dans le Nord

Un homme tient deux pintes de bière.

Les résidents du Nord de l'Ontario pourront profiter des terrasses dès vendredi, sous certaines conditions.

Photo : La Presse canadienne / Toby Talbot

Le déconfinement régional de l’Ontario est applaudi par les entrepreneurs et le secteur des affaires dans le nord de la province, mais les autorités municipales ainsi que les bureaux de santé publique encouragent la population à redoubler de vigilance.

Veronica Desjardins est heureuse d’obtenir le feu vert de la province pour rouvrir les deux restaurants qu’elle gère à Sudbury.

Elle aménage déjà ses terrasses en vue d’une reprise des activités vendredi.

Nous attendions la nouvelle depuis longtemps. Nous avons hâte de recevoir nos clients de nouveau, affirme Mme Desjardins.

Même si les deux établissements avaient maintenu leurs services de plats à emporter, l’impact économique de la fermeture a été lourd, selon la gérante.

Nous avons perdu beaucoup d’argent, à la fois dans nos ventes d’alcool et de nourriture.

Veronica Desjardins, gérante de deux restaurants à Sudbury
Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

L’annonce faite lundi par la province réjouit également le président de la Chambre de commerce du Grand Sudbury, Bryan Welsh, qui y voit l’excellent travail des Sudburois qui ont tout fait pour freiner la propagation de la COVID-19

Les gens pourront retourner au travail, ce qui rehaussera certainement leur moral. Nous pourrons réinjecter de l’argent dans notre économie, ce qui est une chose dont on tellement besoin. Les entreprises pourront de nouveau être capables de régler leurs factures. C’est très encourageant.

Bryan Welsh, président de la Chambre de commerce du Grand Sudbury

Plusieurs craintes des autorités municipales

Les salons de coiffure font aussi partie des nombreux services qui pourront reprendre leurs activités dès vendredi, mais sous réserve du respect de règles sanitaires strictes.

La maire de Fauquier-Strickland, Madeleine Tremblay, qui est aussi coiffeuse, se dit un peu surprise de la date de réouverture établie par le gouvernement ontarien.

La mairesse de Fauquier-Strickland, Madeleine Tremblay, est aussi coiffeuse.

La mairesse de Fauquier-Strickland, Madeleine Tremblay, est aussi coiffeuse. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Il faut faire attention à ne pas rouvrir trop vite non plus, parce que si on rouvre trop vite, les gens vont faire moins attention. C’est un gros risque et une grosse responsabilité pour nous, les coiffeuses, note-t-elle.

Je pense que vendredi, c’est tôt. Je ne sais pas si on va être capable d’avoir tout notre équipement de protection personnelle d’ici là.

Madeleine Tremblay, maire de Fauquier-Strickland

Le médecin-hygiéniste du Bureau de Santé publique du district North Bay-Parry Sound, Jim Chirico, précise toutefois que les entreprises ne devraient ouvrir que lorsqu’elles seront prêtes et bien équipées.

La raison pour laquelle on avance vers la deuxième phase de déconfinement est que pour rester en santé, nous avons devons aussi tenir compte des facteurs sociaux et économiques. Nous devons tous travailler ensemble pour nous assurer qu’à mesure que nous réintroduisons des mesures sociales et économiques, nous continuons de respecter les mesures de la santé publique, souligne-t-il.

Le maire de Greenstone, Rénald Beaulieu

Le maire de Greenstone, Rénald Beaulieu

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Le maire de Greenstone, Rénald Beaulieu, s’inquiète d’une potentielle augmentation des visiteurs en provenance de régions non encore déconfinées.

Je sais que c’est important de rouvrir, mais là, il y a des gens qui vont pouvoir venir dans la région, à la pêche, qui viennent de Toronto, de partout, et ça ça nous dérange un peu, parce que la majorité des cas de COVID-19 se trouvent dans ces grands centres-là, indique-t-il.

Il va falloir prendre beaucoup de précautions pour nos commerçants, nos hôpitaux, tous les gens qui sont impliqués dans le secteur des services. Mais c’est une bonne nouvelle pour nous dans le Nord, de pouvoir ouvrir certains restaurants, des salons de coiffure.

Rénald Beaulieu, maire de Greenstone

La possibilité d’une deuxième vague suscite des inquiétudes

La médecin-hygiéniste de Santé publique Sudbury et districts, Dre Penny Sutcliffe, est d’avis qu’il incombera à tout citoyen, maintenant plus que jamais, de s’assurer que le déconfinement ne provoque pas une nouvelle augmentation des cas de COVID-19. La région sanitaire n’a enregistré aucun nouveau cas positif depuis le 14 mai.

On veut vraiment continuer de marcher vers l’avant et on doit savoir aussi qu’on va reculer s’il y a d’autres cas, si les choses ne vont pas bien, si le système de soins médicaux n’est pas capable de réagir. La situation est vraiment dans nos mains.

Dre Penny Sutcliffe, médecin-hygiéniste de Santé publique Sudbury et districts

Dre Sutcliffe s’attend notamment à ce que les résidents gardent leur interactions dans la limite de ce qui est permis par les autorités et à ce que les employeurs fournissent des directives claires à leurs employés.

Une femme sourit assise à son bureau

La médecin-hygiéniste de Santé publique Sudbury et districts, Penny Sutcliffe

Photo : Santé publique Sudbury et districts

Elle ajoute que même si Santé publique Sudbury et districts ne mènera pas systématiquement des inspections pour déterminer si chaque établissement est doté de normes sanitaires strictes, des sanctions seront prises à l’endroit de ceux qui auront posé un risque à la santé publique.

Le médecin-hygiéniste par intérim des Services de santé du Timiskaming, Dr Glenn Corneil, partage les mêmes inquiétudes.

Il faut faire attention, on sait que les choses peuvent vite changer. Il faut continuer d’aller se faire dépister pour éviter de contaminer les autres.

Dr Glenn Corneil, médecin-hygiéniste par intérim des Services de santé du Timiskaming

Dr Glenn Corneil dit aussi attendre davantage de détails de la part du gouvernement provincial pour pouvoir épauler les nombreuses entreprises de la région dans le processus de réouverture.

Les rassemblements de dix personnes au maximum seront aussi autorisés partout en Ontario dès vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !