•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux policiers de la GRC accusés de négligence criminelle causant la mort

L'écusson de la Gendarmerie royale du Canada.

Les faits dont les deux policiers sont accusés remontent à l'été 2018.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des accusations de négligence criminelle causant la mort d’un homme de 31 ans sont déposées contre deux agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Alberta.

Les faits remontent à juillet 2018, alors que la victime présumée se trouvait dans une résidence à Valhalla Centre, près de Grande Prairie, dans le nord-ouest de la province.

Les deux policiers de la GRC du détachement de Whitecourt auraient tiré et tué Clayton Crawford qui se trouvait dans une halte routière sur le bord d’une autoroute, selon le communiqué de l'Équipe d'enquête de l'Alberta en cas d'incident grave (ASIRT).

Vendredi dernier, le caporal Randy Stenger et la policière Jessica Brown ont été arrêtés et accusés d'un chef de négligence criminelle causant la mort en lien avec la mort de Clayton Crawford. Ils ont respectivement 12 et 4 ans de service au sein de la GRC.

C’est la première fois dans l’histoire de l’ASIRT que des agents de la paix sont accusés de négligence causant la mort, selon Susan Hughson, la directrice générale de l’équipe d’enquête.

Les deux membres de la GRC ont été remis en liberté sous promesse de comparaître en cour le 14 juillet prochain à Whitecourt.

Une altercation dans une halte routière

La veille de sa mort, le 2 juillet 2018, Clayton Crawford se trouvait dans une résidence de Valhalla Centre. Des individus non identifiés s’y sont introduits et ont tiré sur les occupants de la maison, selon le communiqué de l’ASIRT. Une personne a été blessée ce soir-là.

Clayton Crawford a réussi à s'échapper dans un véhicule que l’équipe d’enquête caractérise de « très distinct ». Les agents de la GRC responsables de l'enquête sur l'incident ont recherché ce véhicule, car ils souhaitaient interroger la personne qui s'en était servie pour s'enfuir en tant que témoin et victime potentielle.

Le jour suivant, après ses heures de travail, un agent a repéré le véhicule dans la halte routière Chickadee Creek, à l'ouest de Whitecourt, et a fourni cette information à ses collègues.

Vers 12 h 15, lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, le véhicule était garé et un homme semblait être endormi à la place du conducteur, selon le rapport d'enquête de l'ASIRT.

Les policiers se sont approchés du véhicule, une confrontation avec l'homme qui s'y trouvait a suivi et le véhicule s'est mis à avancer. L’un des agents a alors sorti son pistolet de service, et l’autre, une carabine.

La voiture a quitté la halte routière et traversé l’autoroute avant de glisser dans un fossé, tout cela sur une courte distance, souligne l’ASIRT.

L'équipe d'intervention d'urgence de la GRC appelée sur les lieux a constaté le décès du conducteur. Celui-ci avait « plusieurs blessures par balle », a déclaré Susan Hughson.

Selon l’équipe d’enquête, les éléments de preuve fournissent des motifs raisonnables pour croire qu'une ou plusieurs infractions criminelles ont été commises.

La GRC, au courant du dépôt des accusations depuis vendredi, a réagi après-midi lundi dans un communiqué. [Les policiers] doivent prendre des décisions en une fraction de seconde dans des situations souvent dynamiques qui évoluent rapidement et qui peuvent avoir des répercussions durables. Malheureusement, ces décisions peuvent parfois entraîner la perte tragique d’une vie, écrit le sous-commissaire Curtis Zablocki.

Ce dernier souligne aussi que les deux policiers impliqués avaient immédiatement été retirés de leur fonction après l’incident comme le veut la politique. Ils avaient ensuite été réintégrés le temps de l’enquête.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.