•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vandalisme et rassemblements dans l’arrière-pays gaspésien

Des canettes de bières sur le sol

Des dizaines de canettes de bière jonchaient le sol le lendemain d'un rassemblement illégal au lac Noir à New Carlisle.

Photo : Courtoisie

Nuisance, bruit, déchets, actes de vandalisme : la COVID-19 n’aura pas mis fin à un problème récurrent. Certains fêtards continuent de troubler la quiétude aux abords du lac Noir de New Carlisle et du lac de la Ferme, dans l’arrière-pays de Saint-Alphonse.

Le 28 mai, le soleil brillait et la température ressentie dépassait les 30 degrés. Une famille de la Baie-des-Chaleurs se rend au lac Noir, situé à 10 minutes en voiture du centre-ville de New Carlisle, espérant s’y rafraîchir et profiter de la quiétude des lieux.

Arrivés sur place, les membres de la famille n'ont pas trouvé le calme recherché : une cinquantaine de personnes étaient rassemblées, sans respect de la distanciation physique. La petite famille rebrousse donc chemin.

Le lendemain, parents et enfants retournent au lac Noir et constatent que les fêtards ont laissé plusieurs traces de leur passage.

Montage photo où l'on voit des bouteilles de bière sur le sol, du bois vandalisé et un tampon dans l'herbe.

Quelques photos prises aux abords du lac Noir de New Carlisle le 29 mai.

Photo : Courtoisie

Des bouteilles de bière jonchent la plage et le sol du pavillon municipal, de même que des vêtements et des produits d’hygiène personnelle.

La rampe du trottoir de bois servant à se rendre au quai a même été arrachée pour servir à alimenter un feu de grève.

Une main avec des clous devant des cendres

La rampe de bois facilitant l'accès au quai a été réduite en cendres.

Photo : Courtoisie

Les gens qui se sont rendus sur place ont fait face pratiquement à un dépotoir, résume la directrice générale de New Carlisle, Denise Dallain, qui précise que les employés municipaux ont nettoyé le site dès les premiers signalements.

Mme Dallain déplore que ce genre de situation soit récurrente au lac Noir, de même que sur les plages bordant la baie des Chaleurs.

Un feu de grève avec des déchets devant un lac

Des fêtards ont laissé plusieurs déchets à proximité du lac Noir à New Carlisle.

Photo : Courtoisie

De façon assez régulière, dans les endroits publics, presque tous les jours, les employés municipaux doivent faire du ménage de bouteilles de bière et de tasses de café que les gens préfèrent laisser au sol.

Sur la plage, des gens brûlent du mobilier municipal plutôt que d’utiliser du bois de mer. C’est la loi du moindre effort.

Denise Dallain, directrice générale de la Municipalité de New Carlisle

Denise Dallain précise même que la Municipalité a déjà installé des caméras de surveillance sur le site du lac Noir, en vain. En moins de 24 heures, dit-elle, elles ont disparu.

Des policiers visitent régulièrement les abords du lac, selon Denise Dallain. Cette dernière explique toutefois qu’il est difficile pour les agents de pincer les contrevenants. Souvent, les gens s’envoient des textos disant que la police est en chemin, précise la directrice générale de New Carlisle.

L’éducation est assez difficile à faire pour demander le respect des infrastructures pour le partage de tous.

Denise Dallain, directrice générale de la Municipalité de New Carlisle

La directrice générale prévoit tout de même publier les photos des actes récents dans le journal municipal pour tenter de sensibiliser la population au phénomène.

La police visite aussi le lac de la Ferme

Le préfet de la MRC de Bonaventure, Éric Dubé, rapporte des situations semblables au lac de la Ferme, à 45 kilomètres de New Richmond, dans l’arrière-pays de Saint-Alphonse.

Depuis que les chemins forestiers sont accessibles, explique M. Dubé, on a des gens qui vont faire des festivités dans le bois, à l’abri des regards : rassemblement, beaucoup de monde, du bruit de la nuisance, des déchets par terre...

Le porte-parole de la Sûreté du Québec, Claude Doiron, rappelle que le problème est récurrent depuis plusieurs années.

On a des jeunes qui se réunissent là-bas, précise M. Doiron, [qui] vont consommer des boissons alcoolisées et laisser leur détritus sur place. Il y a des gens qui font des feux à ciel ouvert, malgré les interdictions. C’est un problème parce qu’il y a quand même des gens qui sont propriétaires de chalet, c’est un endroit de villégiature.

Même si c’est isolé et que c’est en forêt, il y a quand même des règles qui s’appliquent là-bas, entre autres au niveau de la distanciation sociale.

Claude Doiron, porte-parole de la Sûreté du Québec
Une voiture de police en secteur forestier

Des policiers ont patrouillé dans le secteur du lac de la Ferme au cours des dernières fins de semaine.

Photo : Courtoisie

Claude Doiron précise que des policiers se sont rendus sur place au cours des trois dernières fins de semaine.

Il y a eu plusieurs vérifications et tournées policières, mentionne-t-il. On veut s’assurer que les gens, lorsqu’ils quittent les lieux, ne sont pas sous l’effet de l’alcool ou d’une drogue. Nos policiers vont aussi vérifier ce qui en est au niveau des rassemblements.

Le porte-parole de la SQ ne peut confirmer si les policiers ont distribué des constats d’infraction pour rassemblement illégal. Claude Doiron précise qu’aucune plainte formelle n’a été déposée à la Sûreté du Québec.

Nos policiers vont retourner là-bas régulièrement au courant de l’été pour s’assurer que tout se passe bien, assure Claude Doiron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Vandalisme