•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg vaporisera ses arbres contre la chenille arpenteuse de l'orme

Une arpenteuse de l'orme.

L’arpenteuse de l’orme se nourrit des feuilles d'ormes et de bois durs.

Photo : CBC / Bartley Kives

Radio-Canada

Winnipeg vaporisera cette semaine ses arbres contre une espèce de chenille s’attaquant à la canopée. Mais la Ville ne craint pas une autre invasion comme celle de 2017, surnommée « l'Armageddon des chenilles » (wormageddon).

Le département du contrôle des insectes de Winnipeg traitera les quartiers de Broadway-Assiniboine et de West Broadway, ainsi que certains secteurs de Wolseley, contre l’arpenteuse de l’orme, une chenille arpenteuse violet foncé responsable de la défoliation de la canopée urbaine le long des rivières.

Le porte-parole du département du contrôle des insectes de la Ville, Ken Allen, affirme que si les conditions météorologiques le permettent, la Ville procédera cette semaine avec l’insecticide biologique BTK, dont l’ingrédient actif est la bactérie Bacillus thuringiensis kurstaki. Cet insecticide s’attaque aux parois de l’estomac des chenilles, qui meurent.

Depuis le 25 mai, la Ville vaporise les arbres des quartiers North Kildonan, West Kildonan, North End, Elmwood, East Kildonan, Saint-Boniface et Fort Garry contre les arpenteuses du printemps, une chenille verte répandue à travers Winnipeg.

D’autres quartiers de East Kildonan et de Tuxedo seront aussi traités ce soir.

Ken Allen qualifie de moyenne l’infestation actuelle de chenilles arpenteuses. La chenille de la livrée des forêts n’est quant à elle pas active ce printemps, selon lui.

En 2017, les trois espèces s’étaient massivement attaquées à la canopée de Winnipeg.

Le département du contrôle des insectes appliquera également des larvicides aux eaux stagnantes afin de prévenir une éclosion hâtive de moustiques.

La Ville utilise deux agents pour tuer les larves de moustiques, soit la bactérie Bacillus thuringiensis israelensis (BTI) et le méthoprène, un produit chimique qui empêche les moustiques d’atteindre l’âge adulte.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !