•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La statue d'un marchand d'esclaves déboulonnée par des manifestants à Bristol

Des manifestants autour de la statue déboulonnée.

Le marchand Edward Colston (1636-1721) avait fait sa fortune grâce au commerce des esclaves.

Photo : The Associated Press / Ben Birchall

Agence France-Presse

Des manifestants protestant dimanche contre le racisme à Bristol ont déboulonné la statue d'un important marchand d'esclaves mort au XVIIIe siècle, Edward Colston. La statue était située dans le centre de cette ville du sud-ouest de l'Angleterre au passé esclavagiste.

Érigée en 1895 dans une rue qui porte son nom, cette statue de bronze a été arrachée de son piédestal par des cordes tirées par un groupe de manifestants.

Une fois la statue à terre, ils se sont massivement rués dessus pour la piétiner, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux et relayées par la télévision britannique.

L'un d'eux s'est fait photographier agenouillé sur le cou de la statue, reproduisant le geste du policier blanc accusé du meurtre non prémédité de George Floyd après une intervention policière violente, et qui a déclenché un mouvement de protestation mondial contre le racisme et les brutalités policières.

Cet homme était un négrier. Il a été généreux envers Bristol, mais c'était sur le dos de l'esclavagisme et c'est absolument abject. C'est une insulte envers les citoyens de Bristol, a expliqué John McAllister, un manifestant de 71 ans cité par l'agence britannique Press Association.

La statue d'Edward Colston, qui faisait controverse depuis des années à Bristol, a ensuite été traînée dans la cité portuaire avant d'être jetée, aspergée de peinture rouge, dans la rivière Avon.

Des manifestants regardent la statue jetée dans l'eau.

Les manifestants ont jeté la statue d'Edward Colston dans la rivière Avon.

Photo : The Associated Press / Ben Birchall

Le gouvernement condamne

Le premier ministre britannique Boris Johnson a condamné les débordements pendant les manifestations, sans toutefois commenter le déboulonnage de la statue.

Ces manifestations ont été perverties par des voyous, qui trahissent la cause qu'ils prétendent servir, a-t-il écrit dans un tweet. Les responsables seront poursuivis.

La police locale a annoncé l'ouverture d'une enquête et la ministre de l'Intérieur, Priti Patel, a dénoncé un acte « absolument honteux » et « complèment innaceptable ».

Pour sa part, le maire de Bristol, Marvin Rees, a adopté un ton plus conciliant dans un communiqué.

Je sais que le déboulonnage de la statue de Colston va diviser l'opinion, comme la statue l'a fait pendant de nombreuses années. Il est important d'écouter ceux qui estimaient que cette statue constituait un affront à l'humanité.

Marvin Rees, maire de Bristol

Marchand d'esclaves philanthrope

Issu d'une riche famille marchande, Edward Colston (1636-1721) s'est enrichi dans le commerce des esclaves. Il aurait vendu près de 100 000 esclaves d'Afrique de l'Ouest dans les Caraïbes et aux Amériques entre 1672 et 1689.

Il a ensuite utilisé sa fortune pour financer le développement de Bristol et des bonnes œuvres, ce qui lui a longtemps valu une réputation de philanthrope avant la disgrâce.

Au total, quelque 10 000 personnes ont défilé dans les rues de Bristol, comme des milliers d'autres durant la fin de semaine à travers le Royaume-Uni.

Une autre statue a été prise pour cible, dimanche, devant le Parlement à Londres, celle de l'ancien premier ministre conservateur Winston Churchill et héros de la Deuxième Guerre mondiale. L'inscription « était un raciste » a été apposée sous son nom sur le socle.

La veille, un rassemblement dans le quartier du Parlement s'est soldé par des incidents avec la police, qui a procédé à 29 arrestations, a-t-elle indiqué dimanche. Quatorze policiers ont été blessés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !