•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Devrait-il y avoir plus de données sur la COVID-19 dans l’industrie du camionnage?

Des camions allignés les uns à côté des autres.

La frontière canado-américaine a été fermée à la plupart des voyageurs en mars, mais est toujours ouverte aux personnes et entreprises qui fournissent des services essentiels.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

L’Agence de la santé publique du Canada ne recueille pas de renseignements sur les camionneurs et très peu ou pas de renseignements sont récoltés par les provinces et territoires. Une réalité que certains experts du monde de la santé voudraient voir changer.

C’est le cas de l’opposition officielle à Ottawa. Le critique en matière de Santé du Nouveau Parti démocratique (NPD) Don Davies est préoccupé par le fait qu'il n’y a pas de suivi des infections à la COVID-19 chez les camionneurs long-courriers qui traversent la frontière américaine.

« Je pense que les Canadiens devraient être non seulement inquiets, mais alarmés », juge celui qui est député de Vancouver Kingsway.

La frontière canado-américaine a été fermée à la plupart des voyageurs en mars, mais est toujours ouverte aux personnes et entreprises qui fournissent des services essentiels.

En date du 5 juin, il y avait près de deux millions de cas confirmés de COVID-19 aux États-Unis et plus de 108 000 décès.

Selon Don Davies, les camionneurs qui traversent la frontière devraient subir un test de dépistage et les données devraient être recueillies au niveau fédéral afin de connaître les risques associés à la réouverture complète de l’économie.

C’est important non seulement pour la santé et la sécurité des camionneurs et de leur famille, mais aussi pour la collectivité dans son ensemble, croit-il.

Cette déclaration de Don Davies survient après que les responsables de la santé au Manitoba aient déclaré vendredi que les deux nouveaux cas dépistés dans la province étaient liés à un camionneur long-courrier et un contact étroit.

Deux autres cas de COVID-19 au Manitoba la semaine dernière ont également été liés à des camionneurs qui ont emprunté plusieurs routes à travers les États-Unis et au moins 10 cas ont été liés à une entreprise de camionnage de la province le mois dernier.

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin a d'ailleurs tenu a rappeler que les conducteurs, même ceux sans symptôme, peuvent maintenant subir un test de dépistage de la COVID-19.

Différentes approches

En Colombie-Britannique, les responsables de la santé ne font pas de suivi des cas par profession, mais indiquent que cela sera mis en oeuvre sous peu.

L’Alberta, elle, ne publie pas d’information sur les cas par professions, sauf pour les travailleurs de la santé.

La Saskatchewan, l’Ontario et le Québec mentionnent qu’elles ne recueillent pas ce genre de détails. Toutefois, le Québec a émis des recommandations spéciales pour les camionneurs, car ils n’ont pas à s’isoler pendant 14 jours à leur retour à la maison.

Transports Canada indique être régulièrement mis à jour par les représentants des provinces, de l’industrie et des syndicats au sujet du coronavirus. 

La porte-parole du ministère, Frederica Dupuis, a mentionné dans un courriel que des mesures ont été mises en place pour assurer la sécurité des camionneurs et l’accès à l’équipement de protection individuelle. Elle rappelle également que la collecte de données relève des provinces et des territoires.

Le président de l’Alliance canadienne du camionnage Stephen Laskowski dit qu’il n’est pas au courant de problèmes concernant le nombre de conducteurs ayant reçu un résultat positif. 

Stephen Laskowski debout près d'une fenêtre donne une entrevue.

Le président de l’Alliance canadienne du camionnage Stephen Laskowski dit qu’il n'est pas au courant d'une augmentation de cas positifs chez ses membres.

Photo : Radio-Canada

Il mentionne ne pas être désemparé par le fait que des statistiques précises ne sont pas recueillies puisque le camionnage long-courrier, en tant qu'industrie, permet facilement la distanciation physique. De nouveaux protocoles ont aussi été mis en place.

« La conduite de camions long-courriers est en soi une forme d'auto-isolation. On peut être des jours à avoir affaire à une seule personne  », rappelle-t-il.

Avec les informations de La Presse canadienne

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé publique