•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camps de jour : l'absence d'un service de garde suscite le mécontentement de plusieurs parents

Des monitrices devant un groupe de jeunes dans un camp de jour.

Les camps de jour ouvriront cet été.

Photo : Radio-Canada

Cette année, les horaires des camps de jour proposés aux parents n'incluent pas de service de garde.

C'est le cas à Rouyn-Noranda qui compte tenir des camps à douze endroits différents, pour accueillir environ 400 enfants de 5 à 11 ans.

Pour les horaires, ça sera de 8 h à 16 h du lundi au jeudi, ce qui ne fait pas l’affaire de plusieurs parents.

Sur la page Facebook de la Ville, certains se demandent pourquoi le service de garde et le vendredi ne sont pas assurés dans le programme.

Des parents qui ont préféré garder l'anonymat par crainte de perdre leur place se demandent s'il n’y avait pas moyen de recruter du personnel supplémentaire pour assurer ce service.

La mairesse suppléante de Rouyn-Noranda, Sylvie Turgeon, dit que la Ville n'avait pas le choix de proposer cette formule.

Elle croit aussi que les employeurs peuvent faire partie de la solution.

C'est une situation exceptionnelle, il faut que les gens soient compréhensifs.

Sylvie Turgeon

Nos animateurs doivent arriver vers 7 h 30 pour accueillir les enfants pour 8 h et ce sont les mêmes animateurs qui devront désinfecter à la fin de la journée, donc ils auront des horaires de travail beaucoup plus longs que par les années passées, c'est ce qui fait qu’ils vont faire leur semaine en quatre jours, dit-elle.

Ce sont des semaines de 40 h de prévues, il va revenir aux animateurs de désinfecter tous les jours les locaux où ils seront présents, précise la responsable.

À Val-d’Or, 353 places sont disponibles aux camps de jour prévus du lundi au jeudi de 9 h à 16 h et vendredi en avant-midi.

Là aussi, le service de garde ne sera pas offert puisque chaque animateur doit s’occuper du même groupe en tout temps.

Le coordonnateur activités sportives et récréatives à Val-d’Or, Luc Lavoie, dit que le scénario proposé est celui qui sied à la situation actuelle.

On est très conscients que ça crée un énorme problème.

Luc Lavoie

On pense être en mesure d’offrir au moins le minimum, c'est-à-dire de 9 h à 16 h. Par contre, l'une des mesures qui nous sont imposées, c'est que l'animateur doit rester avec le même enfant toute la journée, explique le responsable.

Il précise que pour offrir le service de garde, une autre personne devrait s'occuper de l'enfant, ce qui n'est pas permis avec les recommandations de la Santé publique.

Et même s'ils devaient quand même assurer le service de garde il est impensable aux mêmes animateurs de commencer à 7 h 30 le matin et de terminer à 19 h 30 le soir, cinq jours sur cinq durant tout l'été, ajoute-t-il.

On espère que les mesures vont s’assouplir d’ici le début du camp de jour et si c’est le cas, on va être en mesure de revoir notre fonctionnement, précise-t-il.

Les inscriptions débutent mardi sur le site Internet de la Ville et les parents doivent posséder la carte Loisirs et culture.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Éducation