•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de personnes rassemblées contre le racisme à Québec

Le rassemblement s'est déroulé dans le calme.

Ils ont un genou à terre.

Les participants ont mis un genou à terre pour rendre hommage à George Floyd.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Des milliers de personnes se sont rassemblées devant l'Assemblée nationale pour dénoncer le racisme et la brutalité policière. Ils ont ajouté leur voix au mouvement mondial dans le cadre d'un rassemblement pacifique.

Le rassemblement a commencé à 11 h. Des conférenciers ont pris la parole pour dénoncer les inégalités raciales et parler de leur expérience.

Merci aux jeunes, car il faut le dire, ce sont des jeunes qui nous ont rassemblés aujourd'hui pour dire non au racisme et à la brutalité policière, a lancé le rappeur Webster.

Les personnes rassemblées ont mis un genou à terre pendant 8 minutes 46 secondes, en hommage à George Floyd, mort après qu’un policier de Minneapolis, au Minnesota, eut placé son genou sur son cou, l’empêchant de respirer.

Une foule de manifestants tenant des pancartes devant l'Assemblée nationale.

Une foule s'est rassemblée devant l'Assemblée nationale à Québec pour dénoncer le racisme et la brutalité policière.

Photo : Radio-Canada / Hadi hassin

Webster a rappelé que George Floyd n'est pas le seul à avoir perdu la vie dans des circonstances similaires. Il y a eu Ahmaud Arbery, Breonna Taylor, Tamir Rice, et bien d'autres.

Mais ce n'est pas tout. On est ici pour se rappeler Pierre Coriolan, Bony Jean-Pierre [...] Freddy Villanueva, qui sont morts aux mains du SPVM, a-t-il ajouté.

Toutes ces personnes, autochtones, racisées, qui sont mortes aux mains de la police au Canada, c'est une histoire qui nous touche aussi.

Webster
Marjorie Laclotte-Shehyn en entrevue à Radio-Canada.

Marjorie Laclotte-Shehyn, l'une des organisatrices du rassemblement contre la brutalité policière et la discrimination raciale à Québec.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

C’est un rassemblement pacifique pour faire entendre nos voix en tant qu’individus racisés au Québec. On veut parler de nos expériences, a souligné Marjorie Laclotte-Shehyn, membre du comité organisateur de l’événement.

La jeune militante a raconté avoir fait l’objet de moqueries et d’insultes en raison de sa couleur de peau. Elle dit également constater une plus forte présence policière dans les quartiers où les immigrants sont plus nombreux à Québec.

Des masques et du désinfectant étaient offerts.

Des masques et du désinfectant étaient offerts.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Ma mère est immigrante. Plusieurs de ses employeurs lui disaient des choses racistes et condescendantes. On voyait sa souffrance face à ce racisme systémique, a-t-elle relaté.

Du racisme aussi au Québec

Les organisateurs veulent montrer leur solidarité avec les Noirs partout dans le monde qui souffrent de la brutalité policière, mais aussi sensibiliser les gens quant à l'existence du racisme au Québec.

En termes de profilage racial à Québec, il n'y a pas de progrès. On est encore au point neutre, ça fait plusieurs années qu'on dit qu'il y a un problème, a dit le rappeur Webster, soulignant un manque flagrant de sincérité de la part du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Une jeune fille observe la foule.

Plusieurs personnes étaient émues durant le rassemblement.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Il l'invite à changer ses façons de faire et à mieux former les policiers. Le SPVQ ne compte d'ailleurs aucun policier noir dans ses rangs.

Lundi, le premier ministre François Legault affirmait que la discrimination existe au Québec, mais qu'elle n'est pas systémique. Une phrase que plusieurs ont dénoncée.

François Legault devrait peut-être changer son nom pour Mamadou Legault et aller porter des CV pour voir quel effet ça fait.

Le rappeur Webster

Pour moi, je trouve ça insultant. Il y a plusieurs études qui prouvent qu'il y a du racisme systémique, et encore une fois, ce n'est pas parce qu'il y a du racisme systémique que l'ensemble de notre société est raciste, a-t-il précisé.

Des politiciens au rassemblement

Des politiciens ont participé au rassemblement. Il faut lutter contre les injustices, ce n'est pas normal qu'il y ait des taux de chômage nettement plus élevés chez les populations immigrantes, a soulevé Sylvain Gaudreault, candidat à la chefferie du Parti québécois.

Ce n'est pas le problème des États-Unis, ce n'est pas le problème juste des corps de police, c'est surtout pas juste le problème des personnes noires, c'est notre problème social, a fait savoir la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.

Trois manifestants tiennent des pancartes à Québec.

Des manifestants se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale à Québec pour dénoncer le racisme et la brutalité policière.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Les participants ont été nombreux à dénoncer le racisme systémique. Il faut ouvrir les yeux, s'éduquer et s'élever avec tout le monde et mettre notre poing dans les airs pour que ça arrête une fois pour toutes, explique Marilou Godin.

Personnellement, ça faisait longtemps que je me questionnais sur l'avenir de notre monde en tant que personne, individu et société, et aujourd'hui j'ai ma réponse.

Stéphanie Sany Kong, jeune militante

Des marches étaient également prévues à Montréal et Sherbrooke dimanche.

Rassemblement pacifique

Les organisateurs ont insisté sur le caractère pacifique du rassemblement, qui s'est déroulé sans incident.

Des bénévoles ont également assuré une surveillance pour dénoncer rapidement des gestes violents ou illégitimes.

Une femme tient une pancarte où on peut lire « Oui, Legault, on a du racisme systémique au Québec » lors d'une manifestation devant l'Assemblée nationale.

Des manifestants ont interpellé le premier ministre François Legault sur la question du racisme systémique lors d'un rassemblement devant l'Assemblée nationale dimanche.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !