•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison sous le signe de la distanciation dans les campings et sur l’eau

Un terrain de camping avec des modules de jeu cordonnés.

Les usagers des terrains de camping doivent respecter les normes de distanciation.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les campings et les marinas du Québec viennent tout juste d’entamer leur saison, mais en imposant une ribambelle de mesures à leurs clients pour limiter la propagation de la COVID-19. Ces limites ne freinent toutefois pas les ardeurs des plaisanciers et des campeurs qui attendaient impatiemment le déconfinement.

Nettoyage de la coque, cire et peinture, vérification du moteur... Les derniers préparatifs sont en cours avant la grande remise à l’eau, qui débutait aujourd'hui à la marina d'Aylmer.

Depuis lundi dernier, les marinas du Québec peuvent finalement ouvrir leurs quais, avec près de quatre semaines de retard sur la saison habituelle. Cependant, impossible d’éviter la désormais omniprésente distanciation physique, même sur les flots.

Les gens vont devoir naviguer avec les gens qui vivent sous leur toit. Ceux qui ont des bateaux plus grands pourront respecter la distance de deux mètres, souligne le commodore du Centre de voile Grande-Rivière, Jean-François Lymburner.

François Lymburner en entrevue à la caméra devant des voiliers.

Le commodore du Centre de voile Grande-Rivière, Jean-François Lymburner

Photo : Radio-Canada

De telles mesures peuvent mettre des bâtons dans les roues de certains amateurs, mais, pour d’autres, la joie d’enfin pouvoir renouer avec la navigation est plus forte. Si c'est le prix à payer pour pouvoir faire de la voile, je suis parfaitement d'accord, croit entre autres le directeur de l’école Voile Plus, Normand Latour.

Normand Latour en entrevue à la caméra devant des voiliers.

Le directeur de l'école de voile Voile Plus, Normand Latour

Photo : Radio-Canada

Malgré son enthousiasme, M. Latour devra payer un certain prix pour larguer les amarres.

Un cours normal de voile, d'habitude, c'est avec quatre stagiaires. Pour respecter la distanciation, même si mon bateau est assez gros, je pense qu'on ne pourrait pas dépasser deux stagiaires à la fois, explique-t-il.

Pas pour tout le monde, le camping

Un constat semblable s’impose aussi dans les terrains de camping de l’Outaouais, où la distanciation physique entre les amateurs de plein air est désormais reine, tout comme sur les lacs et les rivières.

Il n'est pas toujours facile d’imposer ces nouvelles normes sociosanitaires dans un contexte de vacances et de détente, souligne Réal Bernard, le propriétaire d’un camping à Val-des-Bois.

Je ne jouerai pas à la police non plus. Je n'ai pas l'intention de jouer à la police, dit-il.

Réal Bernard en entrevue à la caméra à l'extérieur.

Réal Bernard est propriétaire d’un camping à Val-des-Bois.

Photo : Radio-Canada

Du côté de l'Ontario, le gouvernement a recommencé à permettre le camping sauvage dans les parcs provinciaux et sur les terres de la Couronne.

Les terrains de camping privés ontariens, eux, ne sont ouverts que pour les campeurs en véhicules récréatifs qui disposent d'un contrat de saison, contrairement au Québec où le camping de courte durée est permis. Certains exploitants québécois s’inspirent toutefois de la province voisine.

Des visiteurs, pour l'instant, je n’en prends pas. On va voir comment ça va évoluer, et on verra comment ça va se passer, note M. Bernard.

 Jules Charbonneau en entrevue près de véhicules récréatifs.

Jules Charbonneau est copropriétaire du camping Domaine du Lièvre.

Photo : Radio-Canada

C'est sûr qu'on va restreindre l'accessibilité au campeur de fin de semaine, renchérit pour sa part Jules Charbonneau, copropriétaire du camping Domaine du Lièvre.

Règles sanitaires obligent, il a fermé l'accès aux toilettes publiques. Seuls les campeurs en véhicules récréatifs sont acceptés, en nombre modéré.

S'ils ont l'équipement pour se desservir eux-mêmes, on va sûrement en prendre quelques-uns [campeurs occasionnels]. Mais on sélectionne, précise-t-il.

Avec les informations d'Audrey Roy et Boris Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Tourisme