•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les policiers accordent une attention particulière aux interactions avec les minorités

Des danseuses autochtones étaient à la manifestation du mouvement Black Life Matter de Moncton le 5 juin 2020 .

Des danseuses autochtones étaient à la manifestation du mouvement Black Life Matter de Moncton le 5 juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Guy R. Leblanc

Un message adressé à la population du Nouveau-Brunswick et signé conjointement par tous les corps policiers se veut une réponse aux divers rassemblements des derniers jours contre le racisme et la brutalité policière.

Il y a une grande attention accordée à l’heure actuelle aux interactions entre les groupes minoritaires et les forces de l’ordre. Ces conversations sont importantes, peut-on lire dans la note publique.

En tant qu’agents de police, nous respectons et protégeons le droit des personnes à manifester pacifiquement.

Diffusés aussi sur la page Facebook de la Gendarmerie royale du Canada au Nouveau-Brunswick, les signataires du message ont indiqué chercher à promouvoir l’acceptation, le respect et l’appréciation des diverses expériences de tous.

La mort de George Floyd dans la ville de Minneapolis le 25 mai dernier a été le déclencheur de plusieurs manifestations aux États-Unis et partout dans le monde. Le Nouveau-Brunswick s’inscrit aussi dans ce mouvement.

Des hommes manifestants avec une pancarte sur laquel est écrit GEORGE FLOYD

Le poing levé fait référence au slogan du mouvement Black Power. (Archive).

Photo : Radio-Canada / Guy R Leblanc

Vendredi soir, une manifestation a eu lieu au Parc Riverain à Moncton en appui au mouvement international Black Lives Matter.

Ce rassemblement était le deuxième en une semaine, dans cette ville, puisqu’une marche pacifique rassemblant plus de 400 citoyens pour lutter contre le racisme et la violence policière a eu lieu lundi.

Un rassemblement de 1000 personnes a aussi eu lieu pour la même cause à Fredericton mardi.

Nous traversons une période difficile, mais derrière les difficultés se cachent des occasions d’apprentissage, et la possibilité de renforcer les expériences et les liens communs, est-il indiqué dans le communiqué de la Gendarmerie royale du Canada envoyé samedi.

Nous devons faire tout en notre pouvoir pour améliorer continuellement ces relations.

Les agents de paix de la province ont indiqué qu’ils continueront à travailler avec le public, et on conclut la note en écrivant qu’ensemble, nous sommes plus forts.

Le décès de Chantel Moore

Si la conversation entourant le racisme systémique s’est fortement fait entendre par l’entremise du mouvement Black Lives Matter, le coup de feu fatal d’un agent de paix sur une femme autochtone à Edmundston jeudi dernier a aussi soulevé publiquement plusieurs questions au Nouveau-Brunswick, ainsi qu’ailleurs.

Autoportrait de Chantel Moore, une femme autochtone. Elle sourit à la caméra et elle est assise dans l'herbe.

Chantel Moore, une Tla-o-qui-aht de 26 ans, est morte lors d'une intervention policière à Edmundston, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Facebook : Chantel Moore

On ne veut pas pointer du doigt tout de suite. On veut juste savoir s’il y avait vraiment un abus de la police. Si les mesures étaient appropriées, a témoigné vendredi Jennifer Gaudreau, une amie de la famille de Chantel Moore.

L'Association des policiers et répartiteurs d'Edmundston ne commentera pas le dossier jusqu'à la fin de l'enquête sur la mort de Chantel Moore.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Forces de l'ordre