•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se débarrasser du plastique augmente le gaspillage alimentaire, affirme un rapport

Des fraises dans des emballages de plastique.

Chaque année, environ 50 milliards de dollars de denrées alimentaires sont gaspillés au Canada.

Photo : EPA / Erik Anderson

Radio-Canada

Alors que des voix s'élèvent pour interdire l’usage du plastique, une organisation de prévention du gaspillage alimentaire soutient que les emballages en plastique peuvent contribuer à la réduction des déchets.

Dans un rapport, le Conseil national zéro déchet affirme que l'emballage de certains aliments dans du plastique peut les protéger et ainsi éviter qu’ils ne se retrouvent au dépotoir, où ils produisent du méthane nocif.

Le choix d’emballer ou non un aliment doit être réfléchi, affirme Malcolm Brodie, le président du Conseil et maire de Richmond, dans le Grand Vancouver. La solution est-elle de se débarrasser de tous les emballages ou d’être plus intelligents à ce sujet? demande-t-il.

En fin de compte, la solution est d'innover plutôt que d’adopter une approche simpliste et dire que nous n'allons pas autoriser les emballages en plastique, croit M. Brodie.

Le rapport préconise la vente d'aliments en vrac ou sans emballage pour les aliments qui sont secs, robustes et propices à la conservation. Cependant, il en est autrement pour les aliments facilement dommageables, comme les produits à base de viande ou les fruits et légumes.

Des emballages de viande dans un comptoir.

Le rapport suggère qu'afin d'éviter le gaspillage des viandes, celles-ci devraient continuer d'être emballées.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Les emballages doivent être plus respectueux de l'environnement et contenir moins de plastique dans l'ensemble, indique également le rapport.

Ils ne sont pas égaux, note l’auteur principal du rapport, Martin Gooch. Les plastiques étiquetés comme biodégradables sont problématiques, selon lui, puisque malgré leur apparence respectueuse de l'environnement, ils ne sont souvent ni compostables ni recyclables.

Le terme biodégradable signifie très peu. Il est utilisé par certaines entreprises comme une stratégie de marketing.

Martin Gooch, auteur du rapport du Conseil national zéro déchet

Il faut établir des normes industrielles qui profitent aux fabricants et aux consommateurs, comme des incitations financières pour encourager les entreprises d'emballage à inclure une quantité minimale de plastiques recyclés dans leurs produits, fait-il valoir.

Le gaspillage alimentaire est à un niveau de crise, selon le rapport : chaque année, environ 50 milliards de dollars de denrées alimentaires sont gaspillés au Canada, produisant 22,2 millions de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre.

Avec les informations de Maryse Zeidler

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Alimentation