•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les impacts de la pandémie difficiles à mesurer dans le secteur touristique

Un paquebot se trouve à proximité d'un quai.

Un bateau de croisière

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Radio-Canada

Il faudra du recul et du temps pour pouvoir analyser pleinement les nombreuses conséquences de la crise du coronavirus sur l’industrie régionale du tourisme. Cependant, quelques faits saillants commencent déjà à se dégager.

C’est ce qu’avance la directrice générale de Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Dubord.

Mme Dubord indique que certains facteurs bien précis viendront assurément plomber les résultats enregistrés dans son secteur.

Elle cite en exemple l’annulation de la saison de La Fabuleuse histoire d’un royaume, un spectacle qui attire en temps normal un nombre impressionnant de visiteurs dans la région.

Julie Dubord fait aussi allusion à la récente décision d’Ottawa de repousser la reprise des croisières internationales au pays à la fin du mois d’octobre.

Ce choix du gouvernement fédéral a fait tomber à l’eau les aspirations de bien des acteurs touristiques régionaux qui s’attendaient à voir arriver en masse les bateaux à La Baie.

Cette année, pas moins de 64 escales devaient, en effet, y avoir lieu.

Une femme est debout devant une étagère où sont étalées des brochures touristiques.

La directrice générale de Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Dubord

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Mme Dubord soutient qu’il est un peu difficile, à l’heure actuelle, d’estimer les impacts de ces grands bouleversements.

Toutes les hypothèses sont sur la table pour le moment, ajoute-t-elle.

De son côté, le président de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, Carl Laberge, espère que les gouvernements agiront face aux difficultés rencontrées par l’industrie touristique régionale et qu’ils accepteront de lui fournir de l’aide pour favoriser sa relance.

M. Laberge souligne qu’il n’y a pas que ce secteur qui en arrache.

Un homme se fait interviewer.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, Carl Laberge

Photo : Radio-Canada

Il précise que les indicateurs économiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean, comme son indice de dévitalisation et son taux de chômage, laissent souvent à désirer par rapport aux résultats enregistrés dans le reste du Québec.

Quand un coup dur arrive, la région en souffre donc davantage, mentionne-t-il.

Carl Laberge avance que le Saguenay-Lac-Saint-Jean aura besoin de l’aide des gouvernements pour se relever de la crise du coronavirus, pour revigorer son industrie touristique et pour relancer son économie de manière générale.

Selon lui, pour atteindre ce dernier objectif, de grands chantiers publics ainsi que des projets privés devront se mettre en branle.

La région a besoin de projets privés qui dureront dans le temps, qui permettront d’avoir des emplois sur une période de 20 à 25 ans [avec des promoteurs] qui vont injecter de l’argent ici et y payer des taxes, lance M. Laberge.

Sur la base des entrevues de Mélanie Patry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Tourisme