•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le New York Times fait le portrait élogieux de Bonnie Henry

Bonnie Henry en conférence de presse, devant le drapeau de la Colombie-Britannique.

Le médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, a été félicitée pour avoir minimisé les effets de la COVID-19 dans la province, écrit le journal américain.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Reconnue et admirée au Canada pour son travail dans la lutte contre la COVID-19, la médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, l’est désormais aussi aux États-Unis, où elle fait l’objet d’un élogieux portrait publié dans les pages du journal The New York Times.

La docteure qui a passé avec brio le test du coronavirus, titre l’article publié vendredi, au moment où les autorités sanitaires annonçaient un seul nouveau cas de la maladie dans la province.

La Dre Henry se révéla être l'une des responsables de la santé publique les plus efficaces au monde, avec des leçons à tirer pour les pays qui ont du mal à se déconfiner.

The New York Times

L’auteure de l’article, Catherine Porter, a présenté son texte sur les réseaux sociaux en faisant valoir que de nombreux Canadiens aimeraient être en Colombie-Britannique, où des restaurants et des écoles sont ouverts.

De plus, souligne Mme Porter, la Dre Bonnie Henry a mené la charge contre la COVID-19 avec la gentillesse comme devise.

Bonnie Henry sous les caméras des journalistes.

Le succès de la Colombie-Britannique et l'aplatissement de la courbe de progression du virus dans la province renforcent la popularité de la Dre Henry.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

L'article fait mention de la phrase « soyez gentils, calmes et en sécurité », avec laquelle la Dre Henry a conclut le point de presse du 17 mars, une journée avant la promulgation de l'État d'urgence dans la province. C'est ainsi que cette parole allait devenir sa marque de commerce et un mantra pour de nombreux Canadiens.

Il est temps pour nous d'être gentils, a-t-elle dit de sa voix lente que beaucoup appellent réconfortante, d'être calme et d'être en sécurité, écrit la journaliste.

[La phrase] a depuis été accrochée aux fenêtres, peinte dans les rues, imprimée sur des T-shirts, cousue sur des chaussures, écrite en chansons et tamponnée sur des bracelets, poursuit-elle.

L'article dresse également le parcours international de Bonnie Henry, racontant notamment sa contribution à un programme d'éradication de la polio au Pakistan, puis son passage en Ouganda, où elle a lutté contre l’épidémie d'Ebola et enfin, il fait mention de son travail durant l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Fierté dans la province

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, s'est exprimé au sujet de l'article sur les réseaux sociaux.

La chaleur et les compétences de la Dre Bonnie Henry en matière de communication avec les Britanno-Colombiens s'appuient sur une immense expertise, et nous sommes reconnaissants qu'elle ait guidé nos décisions tout au long de la pandémie, écrit-il dans un gazouillis.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a pour sa part indiqué que toute la province est fière de son travail et des efforts extraordinaires du Centre de maladies infectieuses de la Colombie-Britannique, des travailleurs de la santé, des infirmières, des médecins, des scientifiques, des ambulanciers paramédicaux et plus encore.

Samedi, les autorités sanitaires de la province ne tiennent pas de point de presse pour annoncer les nouveaux cas.

La Dre Bonnie Henry prend ainsi un « premier jour de congé » depuis le début de la pandémie. Un premier jour de repos que plusieurs considèrent comme bien mérité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !