•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déception au Témiscamingue à la suite de l'annonce par Québec de projets d'infrastructures accélérés

Une maquette de la cour intérieure d'une future maison des aînés.

Les citoyens du Témiscamingue se demandent pourquoi le projet d'une maison des aînés à Rémigny n'a pas été retenu par le gouvernement.

Photo : MSSS

Au Témiscamingue, plusieurs sont déçus de voir les aînés de la région exclus des dernières annonces du gouvernement Legault portant projets d’infrastructure accélérés.

Mercredi, Québec a annoncé les 10 projets retenus pour une mise en chantier rapide dans la région, dont la construction de trois Maisons des aînés à Palmarolle, Rouyn-Noranda et Val-d'Or et d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) à Macamic.

Émilienne Laforge travaille depuis plusieurs mois sur un projet d'une maison pour aînés à Rémigny, une municipalité d’environ 280 personnes.

Elle a contacté plusieurs intervenants, des élus locaux au premier ministre du Québec, en passant par les députés de la région et le CISSS AT afin de les sensibiliser au besoin de sa région en matière d'hébergement pour aînés.

Elle ne comprend pas pourquoi le projet n'a pas été retenu.

Portrait des deux femmes

Émilienne Laforge et Nicole Lefebvre sont deux des trois instigatrices du projet de maison des aînés à Rémigny.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

On a été déçu une fois de plus, mais on s'y attendait, dit-elle. Parce que quand la ministre avait parlé de 30 maisons cette année, et avec ce qui se passe à Montréal dans les CHSLD, qu'ils annoncent 4 maisons pour l'Abitibi, pour eux ça doit être gros que l'Abitibi ait 4 maisons, mais nous on n'est pas d'accord que le Témiscamingue n'a rien, ajoute-t-elle.

Émilienne Laforge n'a pas l'intention de baisser les bras et compte surtout sur une mobilisation locale pour faire passer le projet.

La directrice générale de la Table de concertation pour personnes âgées croit que le Témiscamingue a été oublié par le gouvernement.

L'organisme compte d'ailleurs 160 demandes pour des places dans des résidences pour aînés, explique Édith Vincent.

Ils ont annoncé plein de projets qui s'en viendraient en Abitibi, par contre pour le Témiscamingue, il n’y a rien. On dirait qu'on nous oublie, on pense qu'on nous a oubliés au Témiscamingue. Je ne sais pas si c'est parce qu'une fois qu'on a dépassé Rollet [quartier de Rouyn-Noranda], ils ne savent pas où on est. On pense qu'on nous a oubliés, pourtant c'est un projet qui est sur la table depuis longtemps, dit-elle.

Édith Vincent s'attend à ce que la demande augmente dans les années à venir.

Dans un courriel, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue affirme qu'il accueille avec intérêt le projet et qu'il allait rencontrer le comité de citoyen dès que la gestion de la pandémie actuelle le permettra.

Le ministère de la Santé précise de son côté que chaque projet est soumis à une analyse des besoins de chaque secteur.

Une analyse qui tient compte du taux de croissance de la population âgée de 70 ans et plus dans les dix prochaines années et du nombre de personnes en attente de lits d’hébergement permanent en CHSLD dans chaque région entre autres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !