•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les activités sportives s’adaptent à une pandémie

Un groupe de jeunes sur un terrain de soccer.

Le parc récréatif Buhler reprendra ses activités, mais les choses seront bien différentes cet été.

Photo : Buhler Recreation Park

Radio-Canada

Les activités sportives récréatives sont à nouveau permises au Manitoba, mais la COVID-19 a changé bien des choses.

Dans le cadre de la phase 2 de la relance de l’économie manitobaine qui a commencé lundi, de nombreux sports peuvent reprendre, mais un plan de réduction des contacts physiques doit être en place. 

« Le monde sera différent cette année », admet le directeur général du parc récréatif Buhler qui se trouve à l’extrémité ouest de Winnipeg.

Pendant un été typique, le parc Buhler bouillonne d’activités. Cette année, la plupart des activités devront être laissées de côté.

Un bâtiment appelé Casera Canteen remplis à craquer de gens.

La cantine du parc récréatif Buhler est un lieu de rencontre populaire. Cette année, les services y seront beaucoup moins nombreux. De plus, les gens ne seront pas autorisés à s'assoir et se regrouper.

Photo : Buhler Recreation Park/Facebook

Les tables, les bancs et estrades ont été enlevés enfin de décourager les rassemblements. Il est également peu probable que le parc accueille des tournois.

Quant aux joueurs, ils doivent signer un document exemptant leur ligue sportive de toute responsabilité s’ils contractent le coronavirus et doivent quitter aussitôt la partie terminée.

Le président de Kildonan Co-ed Softball League, Bobby St. Laurent, explique que des règles strictes ont été mises en place pour assurer les activités du groupe cet été.

Il explique que les receveurs se tiendront à deux mètres de distance des frappeurs et les arbitres à deux mètres des receveurs.

Les joueurs désinfecteront leurs mains entre chaque manche et les balles seront désinfectées à chaque demi-manche.

De plus, les célébrations seront interdites. « Normalement, quand quelqu’un frappe un circuit, les joueurs s’attroupent afin de célébrer et féliciter leur coéquipier. À la fin de la partie, les joueurs se serrent la main. Tout ça ne sera plus permis », explique Bobby St. Laurent.

« Pour la plupart des gens, la camaraderie est plus importante que la partie en soi donc tout ça est bien malheureux », ajoute-t-il.

Au salon de quilles Dakota Lanes à Winnipeg, des chaussures jetables sont offertes aux clients « pour ceux qui ne sont pas confortables de porter des chaussures que 1000 autres personnes ont portées », a indiqué le propriétaire Chad Vandale.

Deux paires de chaussures jetables, une avec des coeurs rouges et l'autre avec des moustaches noires.

Ceux qui ne veulent pas utiliser les chaussures habituelles au salon de quilles Dakota Lane pourront acheter ces chaussures jetables.

Photo : Dakota Lanes

Les boules seront désinfectées après chaque utilisation tout comme l’espace qui aura été utilisé.

Une reprise, mais pas pour tous

Ce ne sont toutefois pas toutes les activités sportives qui reprendront facilement cet été.

« Nous avons du mal à ramener le jeu à la façon dont nous savons qu’il doit être joué. Pour le basketball, il est pratiquement impossible de surmonter la distanciation physique », explique le directeur général de Basketball Manitoba, Adam Wedlake.

Deux hommes jouent au basketball.

Comme la plupart des terrains de basketball intérieurs sont encore fermés, Basketball Manitoba encourage les gens à utiliser les installations extérieures, mais en s'assurant de respecter les règles de distanciation.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Pour l’instant, il faudra donc limiter l’activité au développement des compétences individuelles. « Un joueur, un ballon, un panier, un entraîneur », souligne-t-il en précisant que ce plan attend toujours l’approbation de Basketball Canada, de Sport Manitoba et de la province.

Le basketball n’est pas le seul sport où il sera difficile d’éviter les contacts. C’est aussi le cas des arts martiaux.

Le propriétaire et entraîneur à Winnipeg Academy of Mixed Martial Arts Curtis Brigham confirme que le club n’ouvrira pas tout de suite.

« Chaque classe que nous avons est basée sur les contacts humains. Sans contact, nous n’avons pas vraiment d’entreprise », dit-il.

Deux hommes en pleine action lors d'un combat d'art martial.

Il sera difficile de reprendre les activités pour ceux qui pratiquent un art martial en raison des nombreux contacts physiques du sport.

Photo : Frederik Petersen/Winnipeg Academy of Mixed Martial Arts

Curtis Brigham aimerait que la règle provinciale qui demande à ce que les contacts physiques soient de moins de 10 minutes soit assouplie.

« Je ne demande pas un retour complet à la situation d’avant, mais si nous pouvions permettre à deux personnes d’être partenaires de contacts pour toute une classe, ou même pour le mois, cela me permettrait d’offrir certaines classes », explique-t-il.

Avec les informations de Darren Bernhardt

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Coronavirus