•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture du marché public de la Mitis : les clients s’adaptent à la nouvelle réalité

Des clients font la file dans un stationnement sous la pluie.

Les clients doivent faire preuve de patience en raison des consignes sanitaires. Ils doivent entre autres porter un masque.

Photo : collaboration François Mercier

Le 13e marché public de La Mitis s'est ouvert samedi matin à Sainte-Flavie. En raison de la pandémie de COVID-19, les responsables ont dû s’adapter aux consignes sanitaires, semblables à celles de l’épicerie.

Le port du masque est notamment obligatoire. Les clients doivent emballer leurs produits eux-mêmes et la circulation se fait à sens unique.

Le public doit aussi s’adapter et s’habituer aux files d’attente avec une distance de deux mètres entre chaque client ou chaque famille, explique le coordonnateur du marché, François Mercier.

Ça fonctionne très bien, c’est très fluide, observe-t-il. Les gens comprennent.

Le coordonnateur admet toutefois que les clients devront aiguiser leur patience au moment des récoltes, quand la fréquentation du marché atteint son apogée.

La direction du marché a toutefois dû laisser un kiosque sur deux vide pour respecter les consignes, ce qui donne une quinzaine de places plutôt que 30 normalement.

Des clients devant une table de légumes.

Le marché public de la Mitis en temps normal (archives)

Photo : courtoisie

On a dû faire des choix difficiles, mentionne-t-il. Autrement on n’aurait pas pu respecter la distanciation.

François Mercier remarque un engouement pour les produits locaux comme constaté ailleurs au Québec. Il croit que ce phénomène va permettre aux entreprises agricoles locales de se développer et de perdurer. C’est vital pour nous dans la région. L’agriculture est le moteur économique de certains de nos villages, rappelle-t-il.

Les marchés publics sont habituellement des occasions de rencontre pour les clients, mais ceux-ci doivent y renoncer cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Agriculture