•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : plus de 30 000 cas en Ontario, les décrets d’urgence prolongés

Un écriteau prévient que les installations d'un parc sont interdites d'utilisation pendant la pandémie.

L'Ontario a prolongé samedi ses décrets d'urgence pour une autre période de dix jours.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Avec 455 nouvelles infections rapportées samedi matin, l’Ontario compte désormais 30 202 cas de COVID-19.

Cette hausse du nombre de cas est la plus élevée en près de deux semaines, mais le rapport épidémiologique de la santé publique précise qu'il y a eu un retard de signalement entre les laboratoires et ses bureaux de santé publique. Au total, 68 cas ont été signalés en retard. Les autorités ne précisent pas si le délai date de la veille seulement ou s'il s'agit d'un cumul des derniers jours.

La santé publique déplore par ailleurs au moins 2407 décès liés à la COVID-19 soit 35 de plus que la veille. Des données plus récentes compilées par CBC font état de 2430 morts.

La province bat également un nouveau record de dépistage, pour une deuxième journée d'affilée avec 23 105 tests effectués en 24 h.

L'Ontario recense également une éclosion de plus dans les centres de soins de longue durée, portant le total du nombre d'éclosions à 311 depuis le début de la pandémie, soit presque la moitié des 626 foyers que compte la province.

Le nombre de guérisons atteint maintenant 23 947, soit 79,3 % de tous les cas recensés. Il s'agit du plus haut taux enregistré jusqu’à présent.

Enfin, les hospitalisations sont en forte baisse avec 673 personnes admises dans les hôpitaux de la province. Ce nombre n'avait pas été aussi bas depuis le 10 avril. Les patients en soins intensifs (117) et sous respirateurs (97) restent, eux, relativement stables comparativement aux derniers jours.

Décrets d’urgence prolongés

L'Ontario a par ailleurs prolongé samedi ses décrets d'urgence pour une autre période de dix jours, soit jusqu'au 19 juin. Cela comprend notamment l’interdiction de manger dans les bars et restaurants et de se réunir en groupes de plus de cinq personnes.

Cette annonce survient quelques jours après que l'Ontario eut prolongé l'état d'urgence jusqu'au 30 juin.

Les décrets comprennent aussi la fermeture des garderies, même si le gouvernement a laissé entendre cette semaine qu’il dévoilerait le plan de sa deuxième phase de déconfinement dans les prochains jours.

Une enseigne sur une porte vitrée indique qu'un commerce est fermé et que le moment de réouverture est inconnu.

Des fournisseurs de soins corporels de l'Ontario, comme des coiffeurs, esthéticiennes, et massothérapeutes ne savent toujours pas quand ils pourront rouvrir leurs portes.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

La prolongation des décrets d'urgence signifie également la fermeture continue des bars et des restaurants, à l'exception des plats à emporter et de la livraison, des bibliothèques, à l'exception du ramassage ou de la livraison en bordure de rue, et des lieux de divertissement comme les cinémas ou les théâtres.

Les décrets d'urgence qui ont été prolongés comprennent aussi ceux qui permettent aux services de soins de première ligne de réaffecter leurs travailleurs et ceux qui interdisent au personnel des foyers pour aînés de travailler dans plus d'un établissement.

Il sera également toujours défendu de s’amuser sur les terrains de jeux ou de se rafraîchir dans les piscines publiques de la province.

De plus, le gouvernement indique prolonger la suspension des délais de prescription et des délais pour les procédures judiciaires jusqu'au 11 septembre, garantissant que les gens ne subiront pas de conséquences juridiques si les délais initiaux de leur cas ne sont pas respectés pendant que cette ordonnance est en vigueur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé publique