•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta enquêtera sur l'arrestation du chef autochtone Allan Adam

Selon le chef Allan Adam de la Première Nation des Chipewyan de l'Athabasca, les bleus sur son visage proviennent du mauvais traitement d'agents de la GRC.

Photo : Gracieuseté

L'Équipe d'enquête de l'Alberta en cas d'incident grave (ASIRT) se penchera sur l'interpellation du chef de la Première Nation des Chipewyan de l’Athabasca, Allan Adam, qui allègue avoir été maltraité, en mars, par des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Wood Buffalo, dans le nord de l’Alberta.

Lors d’une conférence de presse organisée samedi à Fort McMurray, le chef Adam a donné sa version des événements survenus en mars.

Il a expliqué qu’il sortait d’un casino accompagné de sa femme, de sa nièce et d’un ami lorsqu’un véhicule de la GRC s’est garé à l’arrière de sa camionnette.

Alors que sa femme s’apprêtait à s’en aller, un agent aurait frappé à sa fenêtre et lui aurait crié de s’arrêter.

Selon le chef autochtone, la discussion s’est accrue en intensité et l’agent s’est avancé pour bloquer le bras de sa femme, qui est atteinte d’arthrite rhumatoïde.

Allan Adam serait sorti de son véhicule pour protester contre le traitement de son épouse, mais il affirme que deux agents l’auraient arrêté et frappé au point de le faire saigner.

Et tout cela pour une plaque d’immatriculation arrivée à expiration.

Allan Adam, chef autochtone

La Première Nation a fourni une photo du visage tuméfié du chef qui aurait été prise après l’altercation avec la GRC. Deux vidéos de l’arrestation auraient également été prises par un témoin.

Le chef Allan Adam se tient à côté une photo de son visage tuméfié. Il tient une plume dans sa main.

Le chef Allan Adam a tenu une conférence de presse pour parler d'un incident avec la GRC dont il dit être sorti avec le visage tuméfié.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Réponse de la GRC

Pour sa part, la GRC confirme que des agents de son détachement de Wood Buffalo ont eu une « altercation » avec le chef Adam le 10 mars aux alentours de 2 h du matin alors qu’ils vérifiaient un véhicule dont l’immatriculation avait expiré.

Selon Patrick Lambert des relations médiatiques de la GRC de l’Alberta, le chef autochtone a résisté à son arrestation, ce qui a conduit les agents à utiliser la force.

Les superviseurs des agents ont examiné les détails de l’arrestation et ont déterminé que l’usage de la force avait été raisonnable, a indiqué M. Lambert.

Allan Adam est accusé d’avoir résisté à une arrestation et d’avoir agressé un agent dans l’exécution de ses fonctions. Il doit apparaître en cour le 2 juillet.

L’incident a été capturé par la caméra présente dans le véhicule de la GRC, mais la vidéo ne sera pas rendue publique avant l’apparition en cour.

Accusations de racisme

L’avocat de M. Allan, Brian Beresh, a expliqué avoir attendu pour laisser son client parler publiquement parce qu’il voulait s’assurer de son état émotionnel. Cela aurait également pris du temps pour obtenir les documents judiciaires.

L’avocat exige que la vidéo de la GRC soit diffusée publiquement. Il demande aussi qu’une enquête indépendante soit menée sur l’usage de la force dans cet incident et qu’un des agents soit suspendu.

M. Beresh incite aussi le gouvernement à rendre obligatoire l’utilisation de caméras corporelles pour tous les corps policiers.

Lors de la conférence de presse, le chef Adam a lié l’altercation aux discussions sur le racisme qui ont lieu au Canada.

Il croit qu’une telle arrestation n’aurait pas eu lieu s’il avait été blanc. Nous sommes une minorité et personne ne parle pour nous, a dit Allan Adam.

Mais j’ai une voix et je ne suis pas effrayé de l’utiliser.

Allan Adam, chef autochtone

Messages de solidarité

Un à un, d’autres chefs de Premières Nations de la région ont apporté leur soutien à Allan Adam.

Marlene Poitras regarde la caméra. Elle a les cheveux bruns et elle porte un veston turquoise.

Marlene Poitras est la chef régionale de l’Alberta pour l’Assemblée des Premières Nations.

Photo : Marlene Poitras

Présente lors de la conférence de presse, la chef régionale pour l’Alberta à l’Assemblée des Premières Nations, Marlene Poitras, a dit espérer que le témoignage du chef Adam soit le catalyseur d’un mouvement de réconciliation.

J’étais profondément blessée, en colère et attristée lorsque j’ai appris ce qu’il est arrivé à chef Adam. Le mépris et le manque de respect à l’encontre d’un de nos chefs les plus estimés sont épouvantables. C’est arrivé à nos chefs aux premiers contacts et cela continue en 2020. Il faut que ça s’arrête, a-t-elle dit.

Elle a demandé des changements transformateurs au sein de la GRC.

Le système en place est structurellement raciste et aucune formation et action disciplinaire ne changera cela.

Marlene Poitras, chef régionale pour l'Alberta

Dans un message sur Twitter, le chef de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, a également appelé à la tenue d’une enquête indépendante sur les événements.

Ottawa troublé

Le cabinet du ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a également réagi dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Nous sommes profondément troublés par la photo choquante et les vidéos de l'usage de la force à Fort Chipewyan, a-t-il déclaré.

Partout au pays, des gens se posent de sérieuses questions sur cet incident et méritent des réponses complètes. Bien que nous ne puissions pas commenter une affaire spécifique qui est devant les tribunaux, nous suivrons de près l'évolution de ces dénonciations graves et troublante, ajoute-t-il.

Le cabinet a rappelé que les efforts des forces policières en matière de réconciliation incombent à la commissaire de la GRC, Brenda Lucki et que le ministre s’engage à en faire plus pour régler les problèmes systémiques de discrimination.

Le chef Allan Adam est connu sur la scène nationale pour ses prises de position contre l’industrie pétrolière et gazière. Il avait ainsi rencontré l’activiste Greta Thunberg lors de sa visite en Alberta en octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Autochtones