•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un élu de la Ville d'Ottawa veut repenser le budget de la police

Une affiche sur laquelle on voit le visage de George Floyd.

Une affiche sur un poteau dans la rue Bank à Ottawa appelle à la solidarité avec les manifestants aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Joseph Tunney/CBC

CBC

Un conseiller municipal d'Ottawa appelle à repenser le budget de la police à la suite des protestations généralisées suscitées par la mort de George Floyd.

Sur Twitter jeudi, le conseiller du quartier Capitale, Shawn Menard, a utilisé le mot-clic #DefundThePolice, ce qui correspond à un mouvement qui prend de l’ampleur. Ce dernier exhorte les gouvernements à diminuer l'utilisation de l'argent des contribuables pour militariser les forces de l'ordre locales et à réinvestir plutôt cet argent dans des services qui bénéficient à la communauté.

Pendant l’émission Ottawa Morning Friday sur CBC, M. Menard a précisé qu'il ne demandait pas le retrait de la totalité du budget du Service de police d'Ottawa.

Ce que je veux dire, c'est qu'il y a un certain nombre de services coûteux actuellement fournis par la police, dont les résultats pourraient être améliorés et qui pourraient être mieux gérés par d'autres professionnels.

Le budget de fonctionnement du service de police pour 2020 s'élève à près de 358 millions de dollars. La majeure partie de cet argent sert à payer les agents.

M. Menard a fait remarquer que cela représente environ 10 % du budget total de la Ville. Ce taux a triplé au cours des deux dernières décennies, un taux supérieur à celui des autres services financés par la Ville.

Je ne demande pas une réduction du financement général. Ce que je demande, c'est un changement dans ce financement, a déclaré M. Menard.

Le conseiller municipal du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, a également publié une déclaration sur le transfert des ressources du maintien de l'ordre vers des mesures plus efficaces.

Le chef ouvert à la discussion

La discussion sur la réorientation du financement de la police a pris de l'ampleur après la mort de George Floyd, 46 ans. Il est décédé le 25 mai à Minneapolis en répétant Je ne peux pas respirer, gisant par terre, menotté, le cou sous le genou d'un policier.

Le chef de la police d'Ottawa, Peter Sloly, s'est dit ouvert aux discussions sur les changements à apporter au budget de sa force, mais a déclaré à CBC que cela ne devait pas se faire dans le but de punir les policiers.

Comment faire en sorte que ce dollar aille aussi loin que possible? Et qui est prêt à faire des sacrifices et à faire quelque chose de différent? a demandé Sloly à Matt Galloway à l’émission The Current. C'est une discussion différente que de punir la police, dissoudre la police, défrayer la police; c'est une discussion beaucoup plus saine.

M. Menard a fait valoir que les fonds alloués aux services de police pourraient plutôt être canalisés vers les services sociaux et d'autres investissements communautaires, ce qui pourrait faire baisser le taux de criminalité à Ottawa. Il suggère notamment d'établir un programme, en coopération avec la police, qui fait appel à des travailleurs spécialisés en santé mentale lors de situations de crise.

Le maire s'oppose à la décision de revoir le financement la police

Le maire Jim Watson, cependant, semble critiquer le conseiller Menard pour ses commentaires au sujet du financement du service de police de la Ville.

Le maire Watson est fermement opposé à la réduction du budget du Service de police d'Ottawa — un budget approuvé à l'unanimité par le conseil municipal d'Ottawa le 11 décembre 2019, peut-on lire dans une déclaration de l'attaché de presse du maire, Patrick Champagne. Le maire Watson est surpris par l'incohérence de quelques conseillers qui réclament constamment une plus grande présence policière dans leur communauté et qui se retournent ensuite pour soutenir des coupes sombres dans le service de police. De plus, alors qu'il vient de conclure une série de consultations sur cette question, il est convaincu qu'une majorité écrasante des membres du conseil n'y est pas favorable.

On peut aussi lire dans la déclaration que le chef Sloly a été engagé avec le mandat exprès de réformer l'organisation, et que la réduction du budget saperait ces efforts.

Bien que M. Menard ait voté en faveur du budget 2020 de la Ville, cela ne signifie pas qu'il soutienne le budget dans sa totalité, rappelle-t-il.

Je sais qu'il y a un besoin de ressources policières dans certains domaines au sein des communautés. Je ne dis pas qu'il faut supprimer complètement ces ressources. Ce que je dis, c'est que nous pouvons faire les choses beaucoup mieux, a-t-il déclaré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !