•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les amateurs espèrent une suite au conte féerique des Raptors à Disney World

Un homme, entouré par ses coéquipiers, embrasse le trophée remis aux champions de la NBA.

Les Raptors de Toronto ont remporté le premier championnat de la NBA de leur histoire l'an dernier.

Photo : USA Today Sports

Les champions de la NBA pourront finalement reprendre la défense de leur titre, le 31 juillet prochain, sur un campus de Walt Disney World, en Floride. Les amateurs, qui attendent impatiemment le retour du basketball professionnel, espèrent une suite au conte féerique des Raptors de Toronto.

Ça va ajouter un peu de joie à ma vie quotidienne. Ça, c'est certain, indique Damon Thomas-Anderson, un grand amateur de basketball qui a suivi les moindres développements liés au retour au jeu de la NBA.

D'après le plan de relance approuvé par le bureau des gouverneurs de la NBA, 22 équipes se rendront en Floride pour clore la saison régulière. Seules 16 d'entre elles pourront prendre part aux éliminatoires. La place des Raptors est toutefois assurée.

En vertu des 46 victoires accumulées avant l'annonce de la suspension des activités du circuit, Toronto est hors de la portée des dernières équipes qui tenteront de se qualifier. La formation de l'entraîneur-chef Nick Nurse aura donc huit parties pour replonger dans le bain, ce qui risque d'atténuer les effets négatifs de la longue pause due à la pandémie.

Ça fait depuis mars que ces joueurs là n'ont pas été dans un environnement compétitif. Ce n'est pas comme une lumière. Ça ne s'allume pas juste comme ça. À ce niveau, ça prend beaucoup de répétitions pour retrouver la forme, note l'ancien de l'équipe de basketball des Gaiters de l'Université Bishop's.

Les équipes qui ont une chance de gagner ce championnat, elles vont prendre ça très au sérieux. Au final, ça reste que ce sera les séries éliminatoires et il y a un champion qui va être couronné, estime-t-il.

Une pause profitable pour les Raptors

Un joueur de basketball.

Marc Gasol a connu une pause de courte durée l'été dernier.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Dans le sport professionnel, une équipe championne peut ressortir les effets d'une gueule de bois après la conquête d'un titre important. Cela est notamment dû au court laps de temps que ses joueurs ont pour célébrer, se remettre des blessures et se reposer avant de redémarrer la machine pour une nouvelle saison.

Charles Dubé-Brais, l'entraîneur adjoint du club-école des Raptors dans la G League, confirme que si la pause peut avoir freiné certaines équipes dans leur élan, elle risque de sourire aux Raptors, éprouvés par les blessures cette saison.

Je pense que, globalement, c'est plus un point positif que négatif. Presque tous nos joueurs majeurs ont été atteints par des blessures qui leur ont fait rater de longues périodes de jeu, souligne-t-il. Norman Powell, par exemple, jouait le meilleur basket de sa vie avant de se blesser au début de la pause. S'il peut avoir plus de temps, tant mieux.

Si le jeu reprend bel et bien à la fin juillet tel qu'annoncé, les joueurs de la NBA auront passé quelque 140 jours en confinement en raison de la crise sanitaire. Les joueurs des Raptors ne s'en plaindront pas, eux qui n'ont eu que 100 jours entre la conquête de leur championnat l'été dernier et le début de leur camp d'entraînement.

Le colosse de 35 ans, Marc Gasol, avait eu encore moins de jours pour se reposer. L'Espagnol avait aidé son pays à gagner la Coupe du monde organisée par la FIBA, en septembre.

Ce qui aurait été embêtant, ç'aurait été de commencer directement en séries éliminatoires, ce qui était un des scénarios envisagés. Là, heureusement, ce n'est pas le cas, même si les joueurs doivent arriver relativement prêts, note Dubé-Brais.

Négligés, encore et toujours

Siakam regarde Lowry avec le sourire aux lèvres alors qu'il sont torse contre torse.

Pascal Siakam et Kyle Lowry sont les meneurs des Raptors cette saison.

Photo : Reuters / John E. Sokolowski/USA TODAY Sports

Au sud de la frontière, les experts ne donnent toujours pas chers de la peau des Raptors. L'équipe pourrait causer une surprise, dit-on, mais les Bucks de Milwaukee, les Lakers et les Clippers de Los Angeles – qui habillent Kawhi Leonard – leur sont préférés.

Les preneurs aux livres donnent à 17 contre 1, les chances de l'équipe du Canada de répéter son exploit de l'été dernier.

Ce n'est pas forcément une surprise, mais je pense que c'est aussi dû au fait que la tendance qu'on remarque chez les équipes championnes depuis toujours, c'est qu'elles ont un des cinq meilleurs joueurs de la NBA dans leur équipe, analyse Charles Dubé-Brais.

Les Raptors de cette année, on ne se mentira pas, on n'a pas un joueur du Top 5 dans notre équipe [...] Est-ce qu'on peut gagner en étant menés par Pascal Siakam, Kyle Lowry et Fred VanVleet? Ce sera à nous de le prouver!, poursuit-il.

C'est ça, le challenge. Nous, on y croit à 200 % à nos chances de répéter et d'être champions cette année!

Charles Dubé-Brais, entraîneur adjoint des Raptors 905

Si les Raptors parviennent à mettre la main pour la deuxième année de suite sur le trophée Larry O'Brien, certaines mauvaises langues voient déjà des excuses pour disculper l'équipe du crédit comme le lieu et la formule des séries éliminatoires de cette année.

L'aspect de l'astérisque, c'est quelque chose de particulièrement présent dans la NBA, indique Damon Thomas-Anderson.

Les Raptors ont gagné l'année dernière et il y avait l'astérisque des blessures à Kevin Durant et Klay Thompson. Les Spurs ont gagné [en 1999], mais il y avait eu le lock-out, se rappelle-t-il.

Ce n'est pas une situation normale, oui, mais les séries vont au meilleur de sept matchs. Les joueurs vont jouer 48 minutes. Tout va se jouer entre les lignes. En fin de compte, dans 40 ans, l'astérisque va paraître très, très petit.

Quoi qu'il en soit, les amateurs célèbrent d'une seule et même voix le retour du basketball de la NBA, prévu pour le 31 juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Basketball