•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Québécois qui ont de la famille ou un chalet au Nouveau-Brunswick pourront s'y rendre

Des automobiles immobilisées font la file.

Les Québécois qui ont de la famille ou une propriété au Nouveau-Brunswick pourront s'y rendre cet été (archives).

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick a annoncé jeudi en conférence de presse que les résidents des autres provinces qui ont une résidence secondaire ou de la famille dans la province pourront traverser la frontière néo-brunswickoise à compter du 19 juin. Des preuves devront toutefois être fournies.

Les personnes qui désirent franchir la frontière du Nouveau-Brunswick pour rejoindre leur famille immédiate ou leur propriété devront démontrer, preuves à l'appui, qu'ils sont propriétaires d'un bien foncier ou prouver qu'ils ont un proche immédiat qui vit au Nouveau-Brunswick.

Dans les deux cas, ils auront besoin d'un plan d'auto-isolement de 14 jours.

Des informations supplémentaires seront rendues publiques d'ici le 19 juin lorsque ces modifications entreront en vigueur, a répondu par écrit l'agente de communication à la Sécurité publique du gouvernement du Nouveau-Brunswick, Coreen Enos.

Des manifestants, dont Fanny Beaulieu Levesque, tiennent des pancartes.

Une manifestation s'est tenue la fin de semaine dernière pour faire valoir l'importance de permettre aux membres d'une même famille séparés par une frontière de se visiter.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Cette annonce suscite de nombreuses questions et inquiétudes quant à l'application de cette mesure.

Selon une résidente de Dégelis, Fanny Levesque Beaulieu, le Nouveau-Brunswick devrait créer une bulle avec les régions du Québec qui sont limitrophes à la province.

Ça aurait été une idée plus envisageable que d'imposer une isolation obligatoire de 14 jours pour chaque citoyen qui vient visiter.

Fanny Levesque Beaulieu, résidente de Dégelis

Le Nouveau-Brunswick souhaite déjà le faire avec les autres provinces de l'Atlantique.

En fait, pour ouvrir une bulle, on parle de prendre la province du Nouveau-Brunswick, où il n'y a presque pas de cas, puis d'aller chercher les petites provinces ou les petites villes autour de la province qui sont aussi en zone verte, si l'on peut dire, afin d'ouvrir la bulle plus grande et plus large, puis à moment donné, on va venir qu'on va toujours pouvoir ouvrir plus grand, explique-t-elle.

Avec les informations d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Coronavirus