•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une jeune femme douce » tuée dans des circonstances qui restent à élucider

La famille ne croit pas à la menace qu'aurait pu représenter Chantel Moore pour le policier qui l'a abattue.

Plan serré du visage de Chantel Moore.

La famille de Chantel Moore pleure sa mort en cherchant à comprendre ce qui s'est passé pour qu'un policier en vienne à tirer sur la jeune femme qu'elle décrit comme « toute petite » et « douce ».

Photo : Facebook/Chantel Moore

Radio-Canada

Une jeune femme « gentille, douce et pétillante » : voici comment l’entourage éploré de Chantel Moore décrit la femme autochtone de 26 ans, tuée jeudi par un policier à Edmundston, au Nouveau-Brunswick, dans des circonstances qui restent à élucider.

Chantel Moore est membre de la Première Nation Tla-o-qui-aht, dont le territoire sur trouve sur l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Elle est née au Nouveau-Brunswick, mais a grandi dans la province de l'ouest, où elle a été adoptée par une famille vivant à Nanaimo vers l’âge de 4 ans. À l’âge de 14 ans, elle a rejoint sa grand-mère à Port Alberni, affirment des proches.

Elle était drôle. Toujours à faire des petites plaisanteries, dit sa demi-soeur, Melinda Martin, qui habite dans la même ville que la grand-mère.

Chantel Moore venait d'économiser assez d’argent pour s'installer au Nouveau-Brunswick afin d'être plus proche de sa fille, Gracie. Cette dernière, qui est âgée de 5 ans, vit avec sa grand-mère, la mère de Chantel Moore. Elle était fière d'elle et très excitée, dit Mme Martin.

« Elle ne tiendrait jamais un couteau »

Selon le porte-parole du service de police d'Edmundston, Steve Robinson, le policier qui a tiré sur Chantel Moore « n'avait pas d'autre choix que de se défendre », puisqu'elle était armée d’un couteau lors de l’intervention policière.

Cinq policiers discutent dans un stationnement situé près d'un immeuble.

Le service de police d'Edmundston donne peu de détails sur les raisons qui l'ont mené à intervenir chez Chantel Moore, tuée par un policier.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Toutefois, ses proches doutent que Chantel Moore aurait pu représenter une menace pour le policier. Elle ne tiendrait jamais un couteau, assure Melinda Martin, alors que sa grand-mère, Grace Frank, répétait, incrédule, à quel point la femme de 26 ans était « toute frêle ».

La famille affirme qu'un ami de Chantel Moore vivant à l'extérieur d'Edmundston aurait appelé les policiers, inquiet pour sa sécurité. Les policiers n'ont toutefois pas donné de détails sur les circonstances les ayant menés à se rendre à la résidence.

Visiblement désemparée, Mme Frank a dit combien sa douleur était vive, depuis sa résidence de la Colombie-Britannique, mais surtout, son incompréhension face aux événements.

C’est que je veux savoir, c’est pourquoi, dit-elle, la voix étranglée par les sanglots.

Égoportrait de Chantel Moore, une jeune femme autochtone. Elle sourit à la caméra assise dans l'herbe.

La famille de Chantel Moore, des leaders autochtones et le ministre Marc Miller réclament des réponses quant aux circonstances qui ont mené à sa mort.

Photo : Facebook : Chantel Moore

Des réponses attendues

La mort de la jeune femme suscite l’indignation des communautés autochtones, mais aussi de la classe politique.

Je n’arrive pas à comprendre comment quelqu’un peut mourir durant une vérification pour son bien-être [...] C'est scandaleux, a déclaré le ministre des Affaires autochtones, Marc Miller.

Il réclame des enquêtes indépendantes « dans les plus brefs délais ».

Une campagne de sociofinancement pour soutenir la mère et la fille de Chantel Moore a été créée par une habitante de Port Alberni. Vendredi, près de 90 000 $ avait été ainsi amassés.

Avec les informations d'Yvette Brend et de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Crimes et délits