•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'espoir s'amincit pour une saison de pêche à la crevette

La main gantée d'une personne prend une crevette dans un bac de plastique rempli de crevettes.

La saison de pêche à la crevette aurait dû débuter en avril, mais les crevettiers sont toujours à quai.

Photo : Radio-Canada / Marie Kirouac

Après une rencontre décevante avec la ministre fédérale des Pêches, les crevettiers du Golfe ont de moins en moins confiance que la saison de pêche à la crevette puisse être sauvée.

Le directeur de l’Association des capitaines propriétaires de bateau de la Gaspésie, Claudio Bernatchez, ne cache pas sa déception après la rencontre qui a eu lieu jeudi entre la ministre des Pêches et des Océans, Bernadette Jordan, et les représentants de la Coalition de la crevette du Golfe.

Une semaine après lui avoir fait parvenir leurs revendications, Claudio Bernatchez déplore que la ministre Jordan n'ait pas encore entamé de démarche pour y répondre concrètement.

Les gens sont tannés de se faire charrier de même sans résultat. Après deux semaines de travail pour former une première coalition de pêcheurs de crevette du Golfe et finalement rencontrer la ministre Jordan, on se retrouve le bec à l'eau.

Claudio Bernatchez, directeur de l’Association des capitaines propriétaires de bateau de la Gaspésie

Il dit avoir également rencontré le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne.

On lui a dit la même affaire et de son côté à lui c'est toujours : ''on vous écoute, on prend bonne note de ça'' mais il n'y a rien qui se passe, déplore M. Bernatchez.

C'est pareil au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve. La pêche n'est pas commencée, les bateaux ne peuvent pas sortir parce que les usines refusent de prendre la crevette à ce prix [déterminé par la Régie des marchés agricoles], ajoute-t-il.

L’Association québécoise de l’industrie de la pêche (AQIP) estime en effet que ce prix est trop élevé.

Devant l'impasse, la saison de pêche, qui aurait dû débuter le 1er avril, semble en péril.

La coalition interprovinciale formée de trois associations de pêcheurs et de six communautés autochtones souhaite donc que le coût des permis soit éliminé en 2020.

Elle demande également que les communautés autochtones soient admissibles à l’aide annoncée par le fédéral et que le programme de subvention salariale couvre l’ensemble de la saison de pêche à la crevette qui pourrait se terminer en décembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches