•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Communier sur la «toile» pour resserrer les liens entre croyants

La paroisse Saint-Jean-Baptiste a trouvé le moyen de filmer ses messes tout en respectant les consignes de sécurité de la province pour éviter la propagation de la COVID-19.

Photo : Joshua Vogt

Pour rejoindre ses fidèles malgré la pandémie, la paroisse Saint-Jean-Baptiste, qui est la seule paroisse francophone de Regina, publie des vidéos de ses messes sur les réseaux sociaux. Née du besoin de communier malgré l’interdiction des grands rassemblements dans les lieux de cultes, cette idée fait ses preuves et pourrait perdurer au-delà de la phase de confinement.

C’est avec grand soin que l’abbé Ricardo Escalante prépare son homélie pour être fin prêt pour l’enregistrement qui a lieu un samedi sur deux à 17h00, après la désinfection des lieux, pour diffusion dès le lendemain matin.

L'écran d'une caméra filmant un abbé dans une église, pendant une messe.

Pour pallier l'interdiction des rassemblements de plus de dix personnes, la paroisse Saint-Jean-Baptiste filme ses messes et les diffuse sur internet.

Photo : Joshua Vogt

Malgré le succès rencontré par ses messes, la seule source de fierté de l’abbé est de réussir à faire quelque chose qui le rebute : être au centre de l’attention devant les caméras.

Je le fais parce que les prêtres sont des personnes qui servent et c’est une manière extraordinaire de servir pendant la pandémie.

Abbé Ricardo Escalante

L’homme de foi ne souhaite pas devenir connu. Il pense aussi que la célébrité peut nuire à l’Église qui a été l’objet de plusieurs polémiques ces dernières années.

L'abbé Ricardo Escalante confie également que chaque soir de tournage est une grande source de stress. Lui qui n’aime pas beaucoup la musique, car elle met trop l’accent sur la beauté des choses, concède cependant qu’elle lui permet de se détendre quand il est visé par les objectifs des caméras.

Je me suis rendu compte qu’avec la musique, c’est différent, ça donne un esprit, quelque chose de beau. Mais ça donne quelque chose aussi de Dieu. Ça élève le coeur vers Dieu.

Abbé Ricardo Escalante
Dans une église, un choeur composé de deux chanteurs et une pianiste. L'abbé est en arrière plan.

La musique est devenue une composante importante des messes en ligne, selon l'abbé Ricardo Escalante.

Photo : Joshua Vogt

Le succès d’une communauté

Au-delà de la communion, les rassemblements dominicaux de la paroisse créent des liens importants au sein de la communauté catholique francophone de Regina, explique Nancie Auguste, vice-présidente du conseil de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Selon elle, l’arrivée de la COVID-19 et des mesures de sécurité qu’elle a déclenchée ont été difficiles à vivre pour les paroissiens.

On n’était pas prêts, personne n’était prêt… les familles n’étaient pas prêtes à affronter tout cela.

Nancie Auguste, vice-présidente du conseil de la paroisse Saint-Jean-Baptiste
Dans une église, une femme debout regarde l'objectif en tenant une rose dans ses mains.

L'arrivée de la pandémie a grandement perturbé les habitudes des paroissiens, confie Nancie Auguste, vice-présidente du conseil de la paroisse Saint-Jean-Baptiste.

Photo : Joshua Vogt

Il manque l’aspect social, renchérit le président du conseil de la paroisse, Roger Lepage. Il manque le café après la messe, il manque les enfants qui peuvent courir et puis s’amuser, puis on s’échangeait des informations pour s’appuyer entre familles.

Au delà d’être un support pour prier, les vidéos des messes permettent cependant de rester en contact avec la communauté. Elles suscitent beaucoup de solidarité, confie Mme Auguste, qui explique avoir vu beaucoup de commentaires d’encouragement sous les vidéos venant de la Saskatchewan, mais aussi d’ailleurs à travers le Canada et dans le monde.

Dans une église un homme debout regarde l'objectif en souriant.

Roger Lepage, président du conseil de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, estime que les vidéos des messes permettent aux paroissiens de communier malgré la distance.

Photo : Joshua Vogt

Ces vidéos sont notamment suivies par des membres de la diaspora fransaskoise qui ont quitté Regina, ajoute Roger Lepage. Il pense que cette initiative peut aider la paroisse à toucher les jeunes générations et à rayonner au-delà de sa circonscription habituelle.

Notre mission c’est de faire connaître Jésus, donc je pense que c’est une très bonne façon de le faire à mon avis.

Roger Lepage, président du conseil de la paroisse Saint-Jean-Baptiste

Devant le succès de ce projet, la paroisse étudie la possibilité de continuer à publier ses messes sur internet après la réouverture des lieux de cultes en Saskatchewan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Croyances et religions