•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En classe à deux mètres de distance... et à l'extérieur

14 élèves tentent de garder une distance de deux mètres entre eux en marchant à la queue leu leu vers l'école.

Les élèves doivent garder une distance de deux mètres entre eux en tout temps.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Enseigner à temps partiel à l'extérieur. C'est ce que plusieurs écoles ont choisi de faire, en mai, lors du retour en classe après la pause provoquée par la pandémie.

À l'école de l'Estran à Rimouski, cette pratique est cependant instaurée depuis un certain temps et semble avoir des effets positifs sur les élèves et leurs comportements.

Nous sommes au début juin, sur les heures de classe. Dans la cour d'école, un groupe de 6e  année joue au chef d’orchestre.

Les élèves sont placés en cercle, et choisissent un chef qui devra faire des mouvements que les autres imiteront sans se faire découvrir par l’élève que le groupe a désigné comme détective. Bien que les élèves jouent ensemble, ce jeu de respecter le deux mètres de distance à tout moment.

Des élèves se tiennent en cercle et sautent dans les airs.

Les élèves de 6e année de l'école l'Estran jouent au chef d'orchestre.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

C’est bien plus facile pour les élèves de respecter la distanciation physique à l’extérieur, affirme Marie-Claude Boudreau, enseignante en 6e année. Depuis le retour en classe, elle a remarqué un changement d’attitude chez ses élèves. Ils suivent les règlements de manière assidue, soutient-elle.

Depuis quelques années, l’école de l’Estran offre des cours à l’extérieur, lorsque le temps le permet. C’est une pratique courante, explique la directrice de l’école, Valérie Gagnon. C’est ancré dans la pédagogie des enseignants. Ils organisent des activités pédagogiques, peu importe la matière.

La directrice estime que les activités extérieures peuvent contribuer à limiter les risques de contagion lorsque la distance de deux mètres est appliquée entre les enfants.

Une enseignante frappe dans ses mains en encourageant les élèves qui jouent en cercle à l'extérieur.

Marie-Claude Boudreau est enseignante en 6e année du primaire

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Avec un nombre réduit d’élèves par classe, l’enseignante Marie-Claude Boudreau note une différence marquante. Ça me permet d’avoir un meilleur suivi auprès des enfants, notamment plusieurs enfants dont la réussite était compromise. Là ça va mieux, rassure-t-elle.

Elle remarque aussi un changement dans l'attitude des enfants.

Je n’ai plus besoin de faire de discipline, s’exclame-t-elle, en expliquant qu'elle et ses collègues éprouvaient certaines craintes en ce qui concerne le respect des mesures d’hygiène et le respect des multiples consignes.

On voulait faire en sorte que ce retour à l’école très spécial soit quand même une expérience positive malgré tout.

Valérie Gagnon, directrice de l'école primaire de l'Estran
Une aire de jeu au sein de la cour d'une école est condamnée par des banderoles.

L’accès aux modules de jeux est interdit pour l'instant.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

On voit quand même du positif, ajoute la directrice de l'école. Même si au départ on trouvait la commande très grosse.

Jade Gauthier, 12 ans, participe au jeu du chef d’orchestre. Moi j’aime vraiment ça venir à l’école, pour être avec mes amis, mon enseignante, dit-elle avec un sourire en coin. Je pense que [le retour en classe] est agréable parce que les règles ont été bien établies. Et j’aime profiter du soleil quand on fait nos cours à l’extérieur.

Trois jeunes élèves de 12 ans sont en cercle dans un cour d'école.

Jade Gauthier participe au jeu le chef d'orchestre en gardant une distance de deux mètres avec ses camarades de classe.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Jade Gauthier remarque qu’ils ont parfois tendance à se rapprocher lorsqu’ils jouent ensemble .On essaie le plus possible de se rappeler des règles, mentionne-t-elle.

Sa camarade de classe, Florence Pelletier, abonde dans le même sens. Je commençais à m’ennuyer chez moi. Même s’il y a le deux mètres, je peux au moins voir mes amis se réjouit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Éducation