•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie met-elle à risque la vie privée des résidents de l'Île-du-Prince-Édouard?

Des clients mangent sur une terrasse. Une serveuse s'approche d'une table pour vérifier que leur repas se déroule bien.

Les clients étaient de retour dans les restaurants de Charlottetown dès leur réouverture, le 1er juin.

Photo : Julien Lecacheur

Julien Lecacheur

Les restaurants de l'Île-du-Prince-Édouard sont dans l'obligation de demander des informations personnelles à tous leurs clients depuis le début de la troisième phase de déconfinement.

Depuis le 1er juin, les restaurants de l'Île-du-Prince-Édouard ont l'obligation de récolter certaines informations personnelles de leurs clients. La province souhaite ainsi faciliter les recherches advenant la découverte d'un cas de la COVID-19.

On peut contacter les gens plus facilement. Ensuite on peut appeler toutes les personnes qui auraient pu être exposées à un porteur de la COVID.

Une citation de :La Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard

Une surprise pour certains clients

Les clients, comme Darlene Waye, une résidente de Charlottetown, devront s'habituer à cette nouvelle réalité. Mme Waye s'est rendue jeudi au restaurant Hunters, dans le centre-ville de Charlottetown. C'était une première pour elle depuis le début de la crise et la réouverture établissements de restauration.

Habituée à entrer elle-même dans le restaurant, elle doit cette fois-ci s'adresser à un serveur. Ce dernier lui demande alors son nom, son prénom et son numéro de téléphone, à sa grande surprise.

Je pense que c'est une bonne chose, c'est étrange, mais c'est nécessaire durant ces temps de pandémie

Une citation de :Darlene Waye, cliente d'un restaurant à Charlottetown

Au restaurant Hunters, l'un des copropriétaires de l'établissement, Jeff Sinnott, explique n'avoir eu aucun souci depuis la mise en place des recommandations de la province.

Aucun client n'a refusé de donner son nom ou son numéro de téléphone depuis le 1er juin. Au contraire, ils le font sans aucun problème, précise-t-il.

Un couple s'apprête à rentrer dans un restaurant. Une serveuse tient la porte ouverte.

Tous les clients doivent donner nom et prénom avant de pouvoir rentrer dans les restaurants de Charlottetown.

Photo : Julien Lecacheur

Comme dans de nombreux restaurants, les informations des clients sont notées sur une feuille de papier puis conservées pendant un mois.

Mais ce procédé est remis en question par le député de l'opposition officielle Steve Howard. L'élu du Parti vert dans la circonscription de Summerside - South Drive s'inquiète de voir ces informations rendues publiques.

Il est important de collecter les informations des insulaires pour assurer un suivi en cas de découverte d'un cas de la COVID-19, mais c'est primordial d'assurer la confidentialité et la protection de ces données.

Une citation de :Steve Howard, député du Parti vert, Summerside - South Drive
Steve Howard est debout devant l'Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard. Il regarde au loin.

Steve Howard s'inquiète de l'utilisation des données collectées des insulaires par les restaurants de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Julien Lecacheur

Des données détruites après un mois

Du côté du gouvernement et des autorités sanitaires, on se défend et on assure que les informations sont uniquement utilisées dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Nous collectons uniquement ces données pour faire des suivis en cas de découverte d'un cas de la COVID, mais nous devons toujours être attentifs et vigilants lorsque nous les collections, assure Dennis King, le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard.

La Dre Heather Morrison, la médecin hygiéniste en chef de la province, assure que les données sont détruites après un mois.

Nous n'allons pas utiliser ces informations si nous n'avons pas besoin d'établir des contacts avec de possibles malades.

Une citation de :La Dre Heather Morrision, médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard
La médecin hygiéniste en chef et le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard en conférence de presse.

L'Île-du-Prince-Édouard a dévoilé son plan de déconfinement.

Photo : Radio-Canada / Ken Linton

Les députés provinciaux ont finalement adopté à l'unanimité une motion proposée par Steve Howard en milieu de semaine pour protéger la vie privée des insulaires. Le gouvernement devra éviter la surveillance, limiter la collecte de données aux informations liées à la COVID-19 et restreindre leur conservation dans le temps.

Une bonne nouvelle pour les insulaires, qui devront s'habituer à donner leurs informations aux restaurateurs pendant encore de nombreuses semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !