•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoles secondaires s'activent pour recevoir les élèves en difficulté

Un gros plan sur les casiers, avec les cadenas sur les portes, dans un corridor vide.

Les écoles secondaires sont fermées depuis le 13 mars au Québec.

Photo : Radio-Canada / Holly Caruk

À la recommandation du ministre de l’Éducation, les écoles secondaires vont accueillir des élèves en difficulté pour des camps pédagogiques durant un peu plus de deux semaines en juin.

La réponse que j'ai des écoles du Québec, c'est oui, il y aura, à géométrie variable, des mesures qui sont prises pour les camps pédagogiques, confirme le président de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement, Nicolas Prévost.

Dans la grande région de Québec, toutes les commissions scolaires ont indiqué que les directions d'école collaborent, mais que la tâche est énorme.

Il y avait déjà beaucoup de travail et il y a eu cet ajout-là, des camps pédagogiques. On s'est tourné de bord, mais oui, ça demande beaucoup de travail de la part de nos directions d'école, admet M. Prévost.

Si, au départ, l’ajout de ces camps pédagogiques semblait être obligatoire, mercredi, le ministre Jean-François Roberge a précisé aux directions d’écoles qu’elles devaient plutôt faire leur possible pour offrir le camp.

À la Commission scolaire des Premières-Seigneuries (CSDP), cette mesure signifie que 709 élèves du secondaire se présenteront à leur école au cours de la semaine prochaine, sur quelque 12 000 élèves au total.

Les camps pédagogiques auront lieu chaque jour de la semaine, mais seront sous la forme de demi-journées, avec des petits groupes de dix jeunes.

Les matières ciblées seront principalement les mathématiques et le français.

Le ministère de l’Éducation demandait aux commissions d’inviter les élèves qui pouvaient participer à ces camps pédagogiques. À la CSDP, au moins 998 élèves ont reçu une invitation.

20 à 25 % des élèves

À la Commission scolaire de la Capitale, impossible pour le moment de confirmer le nombre d’élèves inscrits. Cependant, les élèves en difficulté d’apprentissage représentent souvent de 20 à 25 % de la clientèle d’une école, précise la conseillère en communication Véronique Gingras, par courriel.

Les 11 écoles de la commission offrent le camp, confirme-t-elle.

Du côté de la Commission scolaire des Découvreurs, les camps seront offerts au Centre d’éducation des adultes du Phénix pour 20 élèves. Les écoles poursuivent les classes virtuelles avec les autres jeunes.

Un petit nombre d'élèves ont démontré leur intérêt pour les camps pédagogiques à la Commission scolaire de la Côte-du-Sud. À titre d'exemple, l'école secondaire Louis-Jacques-Casault accueillera 14 élèves les lundis, mercredis et vendredis en avant-midi.

La Commission scolaire de la Beauce-Etchemin, quant à elle, offre le service éducatif à quelque 387 élèves en semaine, de 9 h à 16 h. L'école des Deux-Rives à Saint-Georges ne participe toutefois pas aux camps.

Finalement, la Commission scolaire des Navigateurs a proposé le service à de nombreux élèves et les enseignants les accueilleront environ 4 h par jour dès la semaine prochaine, et jusqu'à la fête nationale.

Nicolas Prévost, avec une chemise à carreaux et des lunettes.

Nicolas Prévost a rencontré virtuellement les responsables d'établissements scolaires de la province vendredi pour faire le point.

Photo : Radio-Canada

En prévision de la rentrée

Le président de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement mentionne que ces camps pédagogiques sont importants pour cette clientèle, mais souligne que le gros du travail sera à faire en septembre.

Les camps, c'est une bonne chose, mais ça a certaines limites. On ne fera pas de miracle... mais dès septembre, il va falloir aussi s'occuper de nos élèves vulnérables, et ça aussi, les écoles y travaillent déjà, ajoute Nicolas Prévost.

D'après lui, les camps pédagogiques ne causent pas de grandes inquiétudes dans les établissements scolaires. Il croit cependant que c'est l'ajout de nombreux services au cours des dernières semaines qui préoccupe les écoles.

Les établissements comprennent toutefois que les décisions sont prises pour le bien des élèves.

Avec la collaboration de Fanny Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Éducation