•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Expliquer le racisme aux enfants : les suggestions d'une psychologue

Des enfants sont rassemblés devant un livre.

La littérature peut être un bon outil pour expliquer le racisme.

Photo : iStock / monkeybusinessimages

Comment expliquer le racisme aux enfants? Ce sujet complexe et parfois difficile à vulgariser s’est imposé dans les chaumières depuis la mort de George Floyd sous le genou d’un policier blanc à Minneapolis, au Minnesota, menant à des manifestations un peu partout dans le monde.

De l'avis de la Dre Nadia Gagné, psychologue pour enfants, les manifestations dont sont témoins les tout-petits à travers les images de la télévision sont une bonne occasion d’aborder ce sujet avec eux.

Même si beaucoup de parents se disent ouverts d’esprits et fiers de faire partie d’une communauté multiculturelle, il est important de ne pas se mettre la tête dans le sable et de prétendre devant les enfants que le racisme n’existe pas, selon la psychologue et chroniqueuse à l’émission radio Sur le vif.

Vouloir être un bon exemple, ça peut mener à vouloir mettre la poussière sous le tapis, de faire semblant que ça existe pas le racisme, les discriminations, a rappelé l'experte. Il faut faire attention de ne pas tomber dans ce piège-là.

La psychologue explique que les enfants développent des préjugés « au niveau de la race ou du sexe » avant même d’aller à l’école. Ça veut dire qu'ils internalisent habilement des messages sociaux qui sont véhiculés par des adultes autour d'eux, a souligné la Dre Gagné.

Ça n'existe pas de ne pas être raciste, tout le monde peut avoir des préjugés

Dre Nadia Gagné, psychologue pour enfants

Face à cette réalité, le dialogue avec l’enfant représente un bon moyen pour lutter contre le racisme et les préjugés, puisque l’avantage d’un enfant, c’est qu’il a un esprit malléable. Pour la psychologue, il est essentiel de répondre aux questions des enfants sur la couleur de peau, les différences culturelles et, surtout, de ne pas nier cette réalité.

L'idée, ce n’est pas de dire : "Moi la race, je ne la vois pas, tout le monde est pareil pour moi dans mon cœur", a-t-elle expliqué. Ça part d’une belle intention, d'un désir d’humanité et de solidarité, mais il y a une maladresse là-dedans qui est que dès qu'un enfant va commencer à poser des questions sur pourquoi lui il n’a pas la même couleur de peau que moi, ça bloque le discours, car on lui a toujours dit qu'on ne voyait pas la race nous.

Expliquer les manifestations

Pour ce qui est des manifestations parfois violentes qui ont lieu notamment aux États-Unis, la Dre Gagné a rappelé qu’il est primordial là aussi de dialoguer avec les enfants — de leur dire, entre autres, que la grande majorité des gens manifestent pacifiquement et qu’ils essaient d’exprimer les injustices qu’ils subissent.

Essayez de trouver des exemples de manifestations pacifiques. Par exemple, on a vu des policiers s'agenouillaient avec des manifestants, donc de montrer l’importance pour ces gens-là de verbaliser ou d’exprimer une injustice, une colère d’une manière douce et pacifique, mais que malheureusement, il y en a qui en profite pour faire de la casse, a-t-elle fait valoir.

Les albums biographiques pour enfants sur des personnalités qui ont lutté contre la ségrégation, telles que Rosa Park aux États-Unis, peuvent aussi servir d’outils pour les parents, selon la Dre Gagné.

Ça aide l’enfant à développer une espèce d’empathie, de comprendre l’importance de respecter tout le monde, peu importe la couleur.

Dre Nadia Gagné, psychologue pour enfants

L'enfant qui lit cette histoire-là avec son parent comprend qu’il y a déjà eu une histoire difficile, peut-être même encore pire qu'aujourd'hui, et le geste que cette dame-là a fait a permis de faire un peu avancer les choses peut-être, a-t-elle indiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !