•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici pourquoi l’Ontario envisage un déconfinement régional

Une rue vide

Certaines régions de l'Ontario ont vu un ralentissement de la pandémie, ce qui pourrait justifier une approche différente de celle de Toronto pour le déconfinement.

Photo : CBC/Keith Whelan

Dans son point de presse quotidien, le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams, a souligné qu’au moins une quinzaine de bureaux de santé publique n’avaient pas enregistré de nouveau cas entre les bilans du 2 et du 3 juin.

Le bilan a été stable pendant cette période dans six des sept bureaux du Nord de l’Ontario et dans cinq des six bureaux de l’est ontarien.

Au total, ces régions ont signalé seulement 10 nouveaux cas, dont 8 à Ottawa. La situation a été semblable pour quelques secteurs du Centre-Est et du Sud-Ouest.

Les bureaux de santé publique sans nouveau cas entre le 2 et le 3 juin :

  • Nord-Ouest
  • Thunder Bay
  • Algoma
  • Porcupine
  • Sudbury et Districts
  • Timiskaming
  • Est de l'Ontario (n'inclut pas Ottawa)
  • Hasting Prince Edward
  • Kingston, Frontenac et Lennox & Addington
  • Leeds, Grenville & Lanark
  • Renfrew County and District
  • Peterborough
  • Chatham-Kent
  • Huron Perth
  • Southwestern
  • Lambton Public
  • Haldimand-Norfolk

La pandémie a connu une accalmie remarquée dans le Nord de la province dans les deux dernières semaines, avec seulement huit nouvelles personnes déclarées positives.

Dans le district de Timiskaming, aucun nouveau cas n’a été confirmé depuis le 30 avril. De son côté, le Bureau de santé Porcupine, qui dessert notamment Timmins, Kapuskasing et Hearst, est sans nouveau cas depuis trois semaines.

Ces données donnent des munitions à ceux qui demandent une approche régionale pour le déconfinement.

En parlant avec les gens dans nos communautés du Nord, il ne fait pas de doute que les gens ne se voient pas au même niveau qu’à Toronto, a déclaré la semaine dernière Rénald Beaulieu, maire de la municipalité de Greenstone.

Le plan de la phase 2 du déconfinement en Ontario, qui serait présenté la semaine prochaine, pourrait prévoir des mesures différentes selon les régions.

Cette approche, utilisée entre autres au Québec et en Alberta, est soutenue par des experts en épidémiologie, dont les professeurs Jeff Kwong et Ashleigh Tuite de l’Université de Toronto, à condition d’augmenter le dépistage et de surveiller l’apparition de nouvelles éclosions.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Jusqu’à vendredi dernier, Doug Ford prônait une approche unique pour la province, car il disait craindre que les Torontois soient tentés d’aller visiter des régions où les mesures seraient soudainement plus souples que dans la Ville Reine.

Il avait notamment rejeté une demande du médecin hygiéniste de la région de Kingston, ainsi que les pressions répétées de la députée France Gélinas, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé.

C’est d’ailleurs une crainte partagée par certains maires du Nord de l’Ontario et par les autorités de santé publique de l’Est.

Ceux-ci demandent que les consignes soient claires pour déterminer ce qu’il sera possible de faire et ce qui demeurera interdit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Santé publique