•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau système de ramassage de gros rebus montré du doigt

Des encombrants aux abords d'un immeuble à logements.

Des encombrants s’accumulent aux abords des résidences dans différents secteurs de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Radio-Canada

Les changements apportés à la collecte des encombrants à Sherbrooke semblent ne pas avoir été notés par tous les citoyens. Des encombrants s’accumulent aux abords des résidences dans différents secteurs de la ville et y demeurent pendant plusieurs jours ou semaines.

Sur la rue de Vimy, à Sherbrooke, plusieurs citoyens affirment que des encombrants, dont des sofas, sont entassés en bordure de route depuis plusieurs mois, en face d’un immeuble à logements. Ça fait deux mois, souligne un citoyen rencontré sur place. Ce n’est pas plaisant à regarder, on a hâte qu’ils les enlèvent, ajoute une autre citoyenne.

Ces situations pourraient possiblement s’expliquer en raison de la méconnaissance de certains citoyens quant aux changements apportés à la collecte des encombrants.

Antérieurement, il y avait des périodes prédéterminées dans l’année, dont une au mois de mai, où la Ville procédait à la récupération des encombrants sur l’ensemble du territoire. Dorénavant, il est obligatoire de prendre rendez-vous, sinon les encombrants pourraient se fondre dans le décor pour plusieurs semaines.

C’est sûr qu’il y a des gens qui ont sorti leurs encombrants au début du mois de mai par habitude. Souvent il y a comme un effet d'entraînement aussi.

Odile Goulet, ingénieure au Bureau de l’environnement de la Ville de Sherbrooke

On peut [aussi] penser qu’il y a peut-être des gens qui ont échappé l’information, surtout dans le contexte de la pandémie où on a eu beaucoup d’informations à gérer, explique Odile Goulet, ingénieure au Bureau de l’environnement de la Ville de Sherbrooke.

Ce changement de procédure s’explique, selon Mme Goulet, par un désintérêt des sous-traitants. Si on n’avait pas changé le mode de collecte, il n’y aurait pas eu de collectes, explique-t-elle.

Les propriétaires d’immeubles à logements tenus responsables

Les citoyens sont invités à signaler les situations problématiques à la Ville. Cependant, dans le cas des immeubles à logements, la Ville considère que les propriétaires sont responsables, même si le fautif est le locataire.

Quand c’est un immeuble locatif, c’est toujours le propriétaire qui est responsable. Donc [ultimement], c’est lui qui va devoir rendre des comptes par rapport aux encombrants qui sont là, souligne Mme Goulet.

Ainsi, après un signalement par un citoyen, la situation pourrait prendre un certain temps à se régler puisque la Ville procédera à l’envoi d’un inspecteur et demandera ensuite au propriétaire de procéder au nettoyage.

Un délai d’un mois

La confirmation de rendez-vous pour une collecte peut prendre jusqu’à un mois. La Ville se donne ensuite 5 jours après la date indiquée de collecte pour procéder.

Mme Goulet estime qu’il y a encore place à l’amélioration, notamment en ce qui concerne les délais d’intervention. C’est sûr que c’est une année de transition, mais à long terme, les gens vont apprécier ce mode de collecte, précise-t-elle.

À l’approche de la période des déménagements, des citoyens pourraient-ils donc se prendre trop tardivement pour une prise de rendez-vous et décider d’abandonner leurs encombrants en bord de route? On s’attend à cela, concède Mme Goulet. Mais c’est à tout le monde de respecter les consignes et de s’inscrire. Ça peut être à la fois le locataire qui s’inscrit pour ses besoins comme le propriétaire qui inscrit son immeuble pour l’ensemble de son immeuble.

La Ville a tout de même prévu un plan b. S’il y a des endroits où ce sont des nuisances qui sont importantes ou des risques pour la sécurité, on va intervenir, conclut Mme Goulet, expliquant qu’un deuxième camion est prévu pour ce genre de situation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Matières résiduelles