•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Î.-P.-É. dit avoir les ressources pour garder un œil sur les résidents saisonniers

Un camion lourd passe sous le tableau numérique du pont, qui annonce un point de contrôle de la COVID-19 dans 14 kilomètres.

En raison du coronavirus, l'Île-du-Prince-Édouard a installé le 21 mars un point de contrôle sur le pont de la Confédération.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

François Pierre Dufault

Les autorités de la santé de l'Île-du-Prince-Édouard estiment qu'elles sont en mesure de surveiller les résidents saisonniers, afin qu'ils isolent pendant 14 jours à leur arrivée dans la province.

La province insulaire a déjà reçu plus de 1000 demandes de séjour depuis lundi. Elle prévoit accueillir un premier groupe de 500 résidents saisonniers de l'Atlantique à compter la mi-juin.

Les autorités de la santé disposent d'une équipe de 20 employés pour assurer des suivis téléphoniques quotidiens auprès des personnes qui doivent s'isoler. D'autres employés pourraient être appelés en renfort au besoin.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

La médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard, la Dre Heather Morrison, reconnaît que le système de surveillance n'est pas parfait. Il va néanmoins, selon elle, au-delà de ce que font les autres provinces.

Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édoua

La décision d'ouvrir les frontières de l'Île-du-Prince-Édouard à quelque 2300 résidents saisonniers au cours de l'été provoque un véritable tollé dans la province.

Plusieurs Insulaires craignent une résurgence de la COVID-19, alors que la province ne compte plus aucun cas actif de la maladie depuis le 8 mai dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !