•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux ans après la disparition d’Eduardo Balaquit, sa famille demande l’aide du public

Eduardo Balaquit souriant.

Eduardo Balaquit

Photo :  Facebook / Edward Joseph

Radio-Canada

La famille d’Eduardo Balaquit et le Service de police de Winnipeg demandent au public de partager toute information qui pourrait aider à expliquer la disparition suspecte du Winnipégois voilà deux ans, jour pour jour.

L’homme de 59 ans a été aperçu pour la dernière fois entre 18 h et 21 h le 4 juin 2018, près du 380 rue Keewatin, où il travaillait comme concierge.

Son véhicule a été découvert le lendemain avec la fenêtre du passager fracassée, un téléphone cellulaire sur le siège et les objets personnels d'Eduardo Balaquit à l’intérieur.

Le fils du disparu Edward Balaquit a indiqué mercredi que l’agonie qu’il ressent est la même qu’il y a deux ans. La douleur est encore là, elle n’est jamais partie, dit-il.

Les enquêteurs de la police de Winnipeg ont déjà décrit le disparu comme « très probablement » la victime d’un homicide. Dans un communiqué jeudi, la police l’a décrit comme « la victime d’un crime ».

Le Service de police de Winnipeg lance un nouvel appel au public pour de l’information portant sur cet incident, parce que nous savons que quelqu’un, quelque part, sait plus sur ce qui s’est passé avec Eduardo, dit le sergent Wade McDonald de l’unité des homicides.

La police croit qu’un véhicule Ford Escape SE bleue, modèle de 2010 à 2015, était dans le secteur du lieu de travail d’Eduardo Balaquit le soir de sa disparition.

Une Ford Escape de couleur bleue.

Une Ford Escape SE

Photo : Service de police de Winnipeg

Le véhicule s’est ensuite rendu à Arborg, à 100 kilomètres au nord de Winnipeg. La police, la famille et des amis d’Eduardo Balaquit ont passé la région au peigne fin.

La police pense que des preuves liées à la localisation du disparu se trouvent dans cette communauté ou dans la région entre Winnipeg et Arborg.

Les enquêteurs rappellent au public, notamment dans ces régions rurales, de faire attention à tout objet inhabituel qu’ils trouvent. Des objets qui semblent insignifiants au grand public peuvent être d’une pertinence importante pour l’enquête, indique un communiqué de la police de Winnipeg.

Des gens inspectent un champ.

En 2018, des bénévoles mènent des recherches dans le nord de Winnipeg pour retrouver Eduardo Balaquit.

Photo : Radio-Canada

Edward Balaquit dit que la famille maintient une page Facebook et parle régulièrement à la police, mais que les recherches ont ralenti. Nous ne savons plus où chercher, avoue-t-il.

Avec les informations de Meaghan Ketcheson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Disparition