•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une liste de règlements qui s'allonge dans les terrains de camping

img1577

L'été des campeurs ne sera peut-être pas comme à l'habitude. (archives)

Photo : Radio-Canada / Melanie Picard

Annie-Claude Luneau

Interdiction de faire des feux de camp, visiteurs non-autorisés sur le site, blocs sanitaires, parcs pour enfants fermés. La liste des règlements s’est allongée dans plusieurs terrains de campings. Plusieurs campeurs saisonniers sont déçus et se demandent à quoi ressemblera la saison estivale.

Rassemblements limités et visiteurs interdits à certains endroits

Les terrains de camping du Québec ont eu l’autorisation de la santé publique d’ouvrir leurs portes le 1er juin.

Les campeurs doivent cependant respecter les mêmes règles qu’à la maison, c’est-à-dire que seuls les membres d’une même famille peuvent camper dans le même équipement et que seuls les rassemblements extérieurs de 10 personnes ou moins sont acceptés.

On s’en remet à la bonne foi des campeurs, on a fait signer un ajout à nos règlements pour que des choses comme ça n’arrivent pas, explique Denise Plourde, propriétaire du Campig Rémigny. Chaque campeur me signe ce règlement-là, nous on passe régulièrement. On ne jouera pas à la police, mais si on voit qu’il y a de l’exagération, on va donner des avertissements et si ça dérape, on va demander de l’aide des policiers.

On va passer plus souvent sur les terrains, on va s’assurer que les gens respectent les règlements, ajoute la propriétaire du camping Charles du Lac-Parent, Marianne Prévost. On va être très stricts, si les campeurs ne respectent pas, on peut avoir des amendes, on peut se faire fermer le camping.

Les visiteurs sont aussi interdits pour le moment, même si Mme Prévost espère pouvoir les accueillir à nouveau très bientôt.

On a décidé de ne pas autoriser pour l’instant, mais ça va venir très bientôt. Il faut quand même voir comment nos campeurs réagissent avant de rentrer d’autres personnes, mais ça va s’en venir très bientôt.

Camping Québec laisse au soin de ses membres la décision d’autoriser ou non les visiteurs. Nous on a suggéré autant que possible de les limiter pour éviter d’avoir trop d’achalandage, mais vous savez, les règles sont évolutives, ajoute le directeur général de Camping Québec Simon Tessier. Ce qui est dommage, c’est qu’on ne peut pas avoir un portrait de la situation dans les semaines ou les mois à venir.

Réouverture imminente des piscines et modules de jeux

Plusieurs campeurs se sont réjouis samedi dernier de la décision de Québec de rouvrir les parcs pour enfants et les piscines. Cependant, cette mesure ne concernait que les équipements municipaux avant que la ministre Isabelle Charest n'annonce la possibilité de rouvrir les piscines privées dans les campings, jeudi après-midi.

img1555

La piscine du Camping régional de Malartic

Photo : Radio-Canada / Melanie Picard

Certains terrains de camping pourraient toutefois retarder l’ouverture de ces équipements pour s’assurer d’être en mesure d’appliquer les normes.

Quand on va avoir le GO, tant qu’on ne sera pas à l’aise pour être conforme dans ce qu’ils demandent, on n’ouvrira pas, explique Marianne Prévost en parlant de son parc pour enfants. C’est beau de dire “OK, vous pouvez ouvrir”, mais il faut être capable de suivre les règlements.

Même constat au Camping Rémigny, où Denise Plourde s’en remet au sens des responsabilités des parents.

Moi je pense que ça va être à chaque famille de gérer leurs enfants. Ce qu’on demande aux campeurs, c’est d’accompagner les enfants s’ils veulent venir dans le parc. Nous notre message, c’est ça : lavez-vous les mains, utilisez des lingettes pour nettoyer les surfaces.

Les feux de camp bientôt permis

Les feux à ciel ouvert sont présentement interdits en Abitibi et dans le Nord-du-Québec, ils sont permis depuis peu au Témiscamingue et au sud du Québec.

La Société de protection des forêts contre le feu a choisi d’interdire les feux au printemps en raison du temps sec qui était prévu et de l’augmentation des feux de cause humaine, notamment des feux de brûlage.

L’interdiction servait à préserver nos opérations. Il faut dire que nous, quand on intervient sur des feux, la distanciation de deux mètres ce n’est pas une possibilité, explique Cathy Elliott Morneau, agente à la prévention et aux communications à la base de la SOPFEU à Val-d’Or.

La SOPFEU n’a cependant pas l’intention de maintenir cette interdiction tout l’été. Au fur et à mesure que la verdure reprend sa place en forêt, les risques d’incendie sont moins élevés.

Mme Elliot Morneau suggère tout de même aux campeurs de se procurer un foyer pare-étincelle, avec un grillage d’un centimètre par un centimètre, qui permet de faire des feux de camp même lorsqu’il y a interdiction.

Cet été ça va arriver en fonction de la météo, en fonction de la sécheresse qu’on puisse en remettre une interdiction de faire des feux à ciel ouvert. C’est intéressant d’avoir ça dans son kit au camping, comme ça on peut toujours faire un feu et on protège son camping, on protège sa forêt, conclut Cathy Elliott Morneau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique